Accueil » Actualité » L’Echo d’Amazon, témoin dans une affaire de meurtre

L’Echo d’Amazon, témoin dans une affaire de meurtre

Image 1 : L’Echo d’Amazon, témoin dans une affaire de meurtre

L’Écho d’Amazon est un assistant de maison destiné à écouter les demandes et les conversations de son utilisateur afin de réagir au mieux dans le but d’aider au confort quotidien. Il peut par exemple faire baisser la température du logis à la demande de son propriétaire. D’après le site d’actualités « the Information », les autorités de Bentonville dans l’Arkansas aux États-Unis auraient délivré un mandat envers Amazon pour récupérer les enregistrements de l’Écho d’un homme accusé d’homicide volontaire : James Bates.

C’est bien parce que ces appareils enregistrent tant de choses, pour répondre aux besoins de leurs “maîtres” que la police est intéressée par mettre la main sur les bandes-son. D’après eux, ces machines pourraient agir comme témoins virtuels de nombreux crimes. Il suffirait juste que l’appareil ait enregistré quelque chose de pertinent pour l’enquête. Cependant, d’après Amazon seulement une petite portion d’enregistrement audio est stockée dans l’Écho.

Ces enregistrements sont principalement des phrases courtes et questions concernant la météo ou de culture générale comme la taille d’un monument, etc. Les données sont alors gardées sur le Cloud puis rendues accessibles à l’utilisateur qui peut se repasser les enregistrements, mais aussi les supprimer. Le but étant d’adapter la reconnaissance vocale afin qu’elle soit de plus en plus performante et personnalisée.

Dans le cas de l’affaire Bates, la police aurait déclaré avoir trouvé des informations dans l’Écho du suspect. Chose qui semble malgré tout peu probable étant donné que la machine de chez Amazon ne possède même pas de vrai disque dur permettant le stockage. L’Écho d’Amazon demande à être connecté sur internet afin d’envoyer la voix de l’utilisateur sur le cloud avant que la commande ne soit exécutée.

Amazon a refusé à deux reprises de céder des enregistrements aux autorités, mais a en revanche fourni les informations du compte de Bates et son historique d’achat. Il est pour l’instant pas encore tout à fait possible d’utiliser les assistants virtuels comme témoins pour l’avancée d’une enquête criminelle, mais on pourrait se soucier sur les conséquences de la présence de plus en plus fréquente de capteurs, caméra, enregistrements sonores chez nous dans un futur proche.