Accueil » Actualité » L’effet de serre est-il responsable de la disparition de l’eau sur Mars ?

L’effet de serre est-il responsable de la disparition de l’eau sur Mars ?

Il y aurait eu de l’eau sur la planète Mars. Les scientifiques ont cependant beaucoup de difficultés à expliquer leurs théories sur les phénomènes qui ont pu entrainer l’assèchement de la planète rouge.

Image 1 : L'effet de serre est-il responsable de la disparition de l'eau sur Mars ?

La planète Mars aurait été une boule de glace dans l’espace, il y a plusieurs milliards d’années. Les conditions sur la planète auraient cependant été propices à la vie, à un moment donné. C’est ce que viennent de démontrer une étude qui propose une nouvelle approche sur l’histoire de la planète rouge.

La fonte des glaces due à l’effet de serre

La planète Mars aurait connu des périodes de réchauffement climatique ayant entrainé une fonte de ses glaces, selon une nouvelle étude qui vient d’être publiée dans la revue Nature Géosciences. Une grande quantité de méthane emprisonnée dans ses glaces aurait été libérée dans l’atmosphère martienne sous l’effet des saisons. L’inclinaison de l’axe de la planète aurait en effet entrainé une variation de l’incidence des rayons du Soleil sur la surface de la planète, comme sur la Terre. Le réchauffement aurait été généralisé lorsque le gaz méthane libéré s’est mélangé avec le dioxyde de carbone entrainant l’effet de serre, selon Edwin Kite, un chercheur à l’Université de Chicago et auteur principal de l’étude.

>>> Lire aussi Dubai va construire une gigantesque base pour simuler la vie sur Mars

Alors que le robot Curiosity de la NASA a pu prouver la présence des plissements et des vallées encaissées dans le paysage martien, les scientifiques n’arrivent cependant pas à expliquer l’origine théorique du gaz méthane. Plusieurs scientifiques ont en effet avancé différentes théories se rapportant à ce fait, depuis une dizaine d’années. L’ExoMars Trace Gas Orbiter de l’Agence spatiale européenne, qui vient d’être mis en orbite autour de la planète, pourrait très prochainement apporter plus de précisions, selon Kevin Zahnle, le co-auteur de l’étude, par ailleurs.