L’enquête judiciaire sur Facebook débute aujourd’hui aux Etats-Unis

Ces derniers temps, l’ambiance doit être électrique dans les bureaux de Facebook. Non content d’avoir subi cette nuit une interruption de service de Facebook, WhatsApp et Instagram un peu partout dans le monde, la compagnie est désormais la cible d’une enquête judiciaire visant à juger de la légalité des partenariats conclus avec d’autres géants de la technologie. Ceux-ci visaient à partager les informations concernant les membres du réseau social, à leur insu bien évidemment.

>>> Votre navigateur permettait aux pirates de savoir avec qui vous parliez sur Facebook Messenger

Les promesses récemment faites par Mark Zuckerberg n’auront finalement pas suffi à calmer les ardeurs de la justice américaine. C’est le New York Times, encore une fois, qui révèle que Facebook est désormais soumis à une enquête fédérale. L’ampleur des échanges de données est encore inconnue, mais sachant que pas moins de cent entreprises telles que Netflix, Spotify ou encore Microsoft ont bénéficié des « largesses » du réseau social, les conséquences pourraient aller bien au-delà des sanctions financières. Facebook est devenu un tel outil de propagande, de désinformation et de division, que de nombreux politiciens étasuniens œuvrent actuellement pour en encadrer plus strictement l’activité, voire pire, pour placer la compagnie sous la tutelle de l’état.

>>> Comment se désinscrire ou supprimer son compte de Facebook ?

Le partenariat permettait aux signataires d’accéder aux fonctionnalités de Facebook depuis leurs propres applications. Si cela n’a rien de répréhensible en soi, l’accès aux données personnelles des utilisateurs stockées sur les serveurs de Facebook l’est beaucoup plus. Les noms et identifiants de la liste d’amis de chaque membre, mais aussi les conversations privées étaient ainsi librement accessibles, sans accord préalable de l’utilisateur.