Les 1001 clones de l’Oculus Rift

Image 1 : Les 1001 clones de l'Oculus Rift

L’Oculus fait des petits

La réalité virtuelle est en pleine expansion. Plus que jamais, on cherche par tous les moyens à s’évader du monde, à s’affranchir de ses barrières. Encore plus fort qu’une salle de cinéma, le casque de réalité virtuelle place son utilisateur en totale immersion dans un univers immatériel. Là, il peut évoluer au gré de ses envies, un affichage abstrait venant se substituer à son champ de vision classique.

L’appareil le plus connu est sans conteste l’Oculus Rift. Instigateur et chantre moderne (opposé à l’ancien incarné par le Virtual Boy) de ce mouvement technologique, le produit d’Oculus VR a ouvert la voie aux grands constructeurs, mais aussi à tout un tas de concepts plus ou moins heureux.

Ce nouveau marché de la réalité virtuelle se décline en deux catégories principales. Il y a les casques qui disposent d’un écran intégré et ceux qui utilisent la dalle de nos smarpthones en guise d’affichage, profitant ainsi de leurs hautes définitions. Outre l’usage, la différence entre ces deux types de casques réside dans leurs prix. Un casque tout-en-un se monnaye plusieurs centaines d’euros alors qu’un boîtier pour smartphone peut ne coûter que quelques dizaines d’euros. Un écart budgétaire qui pourrait tendre à favoriser les casques de réalité virtuelle pour smartphones auprès du grand public. Comme on peut le voir dans les pages suivantes, ils sont légion et il en pousse de plus en plus sur les plateformes de financement participatif, Kickstarter en tête.

Allons-nous donc vers une démocratisation de la réalité virtuelle ? En tout cas, certains ténors s’y attachent. On pense ici à Google et son projet open source Cardboard qui permet de créer soi-même son casque pour smartphone. Côté produit tout-en-un avec écran intégré, c’est Razer qui fait l’effort de porter de son côté un projet open source avec un concurrent de l’Oculus Rift à bidouiller pour 200 $, l’OSVR. En considérant ces acteurs ainsi que les autres grandes marques comme Microsoft, Sony ou Samsung qui y vont de leurs propres appareils de réalité virtuelle, on peut sans crainte confirmer qu’une tendance est en train d’émerger.