Accueil » Dossier » Les drones, rois du déguisement

Les drones, rois du déguisement

Et si les chats volaient ? Et si R2D2 arpentait pour de bon notre espace aérien ? A moins que quelques drones malicieux n’aient décidé de se déguiser…

R2D2 s’envoie en l’air

Image 1 : Les drones, rois du déguisement

Star Wars est une source d’inspiration sans fin pour les geeks et les fabricants de drones lorsqu’il s’agit de les « déguiser » et de rompre avec les designs habituels.  C’est cette fois R2D2 qui a été réquisitionné par le YouTubeur et bricoleur de génie Don Melara. Baptisé « Arturo » (voir vidéo), il a été construit en 8 jours et est suréquipé : pilote automatique GPS DJI, dôme articulé, éclairages LED, enceintes pour les sons et les bruitages, caméra CCD intégrée dans un des « yeux »…      

A lire aussi : Comparatif drones : comment choisir ? Lequel acheter ?

Un Rey Speeder « maison »

Image 2 : Les drones, rois du déguisement

On reste dans l’univers Star Wars (Star Wars 7 : Le réveil de la force) avec ce Rey Speeder, fruit du travail acharné du dénommé Michal. Après quelques tentatives infructueuses pour confectionner un cadre maison à l’aide d’une imprimante 3D, il s’est rabattu avec succès sur un modèle de cadre en fibre de carbone du commerce (le ZMR250 H250) qu’il a équipé (contrôleur, émetteur-récepteur, moteurs, etc.) et sur lequel il a monté une carrosserie réalisée en impression 3D à partir de modèles et de photos. Le résultat est tout simplement impressionnant. L’aventure vous tente ? Alors, rendez-vous sur Thingiverse pour tous les détails et télécharger les fichiers d’impression 3D.        

En lévitation

Image 3 : Les drones, rois du déguisement

On s’éloigne un peu du drone classique pour faire mumuse et filmer la campagne et on va au Royaume-Uni ou un passionné, a priori tout à fait sain d’esprit, a fabriqué un mégadrone-hélicoptère équipé de 54 hélices, pouvant décoller avec un poids total de 148 kg. Résultat : le drone vole très bien net son créateur en a profité pour faire un petit tour(voir vidéo). Pas très loin et vraiment pas très haut, mais bravo à lui.

Un drone en Lego

Image 4 : Les drones, rois du déguisement

Dingues de Lego, vous allez pouvoir entrer dans le monde merveilleux (et très à la mode) des constructeurs de drones sans pour autant renier votre passion première. La cultissime marque danoise propose depuis peu deux kits Flybrix permettant de construire votre propre octocoptère, le faire voler en le pilotant à l’aide d’un smartphone ou d’une manette, le casser, le reconstruire, etc.  Jusqu’à plus soif. Actuellement en rupture de stock (ils devraient être de nouveau disponibles début 2017 sur le site du fabricant) le Basic Flybrix Kit et le Deluxe Flybrix Kit sont proposés respectivement aux prix de 180 et 240 euros environ. 

Katsu – Paint by Drones

Image 5 : Les drones, rois du déguisement

Là où certains déguisent et customisent leurs drones, certains leur attribuent une fonction bien particulière. Celui-ci ne livre pas de pizza ou ne filme pas la nature inaccessible, mais est plutôt utilisé comme une extension et un outil que l’artiste-grapheur-hackeur américain Katsumet au service de sa créativité (voir vidéo). Une galerie new-yorkaise lui a ouvert ses portes en 2014, mais comme c’est aussi un artiste de rue et un hackeur, il prend parfois quelques libertés, comme à Houston en 2015 où il s’est attaqué à une affiche publicitaire géante.     

X-Wing vs Tie Fighter

Image 6 : Les drones, rois du déguisement

Une petite battle entre un Tie Fighter et un X-Wing cela vous dit ? Air Hog vous en donne la possibilité avec ce kit composé de deux drones (1 X-Wing et 1 Tie Fighter), deux télécommandes et 8 rotors de rechange. Objectif : être le premier à tirer trois fois sur l’adversaire. Et en cas de réclamation, faites appel à l’arbitrage « vidéo » sur l’écran de la télécommande. 290 euros environ.  

USS Enterprise est dans la place

Image 7 : Les drones, rois du déguisement

Il n’y a pas que Star Wars dans la vie. Il y a aussi Star Trek. Pour fêter dignement le 50e anniversaire de la saga, Air Hog propose ce magnifique drone déguisé en U.S.S Enterprise NCC-1701-A. Il fonctionne à l’aide de 4 piles AA, est accompagné d’une télécommande 2,4 GHz et est équipé « son et lumière ». On ignore si c’est une promo de Noël ou s’il c’est parce qu’il ne fait pas un tabac, mais il est actuellement proposé à moitié prix sur le site Amazon.com (52 euros environ).  

Fiente protectrice

Image 8 : Les drones, rois du déguisement

En général, les enfants n’adorent pas les séances de tartinage de protection solaire, l’été, sur la plage. Alors la marque Nivea a eu l’idée, pour un spot de pub assez peu raffiné, mais assez drôle, d’inventer ce concept de drone-mouette (voir vidéo) qui défèque de la crème solaire à la volée et au grand bonheur de toute l’assistance. Mouette déguisée en drone ? A l’évidence non… Drone déguisé en mouette ?  Pas sûr… Mouette habilement filmée uniquement sous certains angles ? Très certainement. En tout cas cela constitue un exemple flagrant de récupération du phénomène drone par la publicité.   

Un drone de hamac

Image 9 : Les drones, rois du déguisement

Vous en voulez encore ? C’est cette fois la compagnie d’assurance néerlandaise Centraal Beheer qui n’a pas hésité elle non plus à exploiter la mode des drones pour un spot de pub plutôt drôle, lui aussi, ou un bricoleur fou fabrique et se balade dans son drone-hamac. Personne ne sait si c’est un véritable drone construit pour l’occasion, une astuce de mise en scène ou un montage vidéo particulièrement réussi, mais une chose est sûre, le bruit des rotors et des hélices ne doit pas être propice à la sieste… 

La (seconde) vie des animaux – 1/2

Image 10 : Les drones, rois du déguisement

Bart Jansen est néerlandais, artiste plasticien, passionné de nouvelles technologies, mais est devenu inconsolable lorsque son chat Orville était passé sous une voiture il y a quelques années. Après avoir fait son deuil, repris un peu du poil de la bête et laissé parler son instinct de créateur, il a décidé de lui rendre hommage et de lui donner une seconde vie en le confiant à un taxidermiste, puis à un spécialiste de la motorisation de drones pour en faire un chat volant (voir vidéo).     

La (seconde) vie des animaux – 2/2

Image 11 : Les drones, rois du déguisement

Emballé par le succès (relatif) rencontré par sa première œuvre Orvillecopter, et malgré les nombreuses critiques dont il avait fait l’objet de la part des amoureux des animaux (et du bon goût), Bart Jansen récidivait que les mois plus tard avec un animal plus grand, plus gros, plus lourd et, accessoirement, un des seuls oiseaux qui ne volent pas lorsqu’il est bien vivant : l’autruche. Comment l’a-t-il baptisé ? Ostrichcopter bien entendu ! (Vidéo à regarder de toute urgence).         

Le moto-drone

Image 12 : Les drones, rois du déguisement

Hoverbike est une idée un peu folle que l’on doit à Chris Malloy qui a reçu le soutien de 450 « backers » sur KickStarter, courant 2014, pour mener à bien son projet de moto-drone capable de transporter un humain. Afin de mettre un peu de beurre dans les épinards et compléter le financement du projet, lui et son équipe ont également développé une version « miniature » au 1/3 baptisée «The MA Drone 3 » disponible actuellement en précommande (1 300 euros environ).        

Tardis s’envoie en l’air

Image 13 : Les drones, rois du déguisement

Lorsqu’une entreprise britannique spécialisée dans la conception de systèmes de prise de vues photo et vidéo pour le cinéma et la télévision décide de faire voler Tardis (voir vidéo), la machine à voyager dans le temps chère au Docteur Who, et bien cela ne donne pas grand-chose. Pour le moment… Cette réplique grandeur nature 100 % polystyrène a certes décollé pour s’élever de quelques mètres, mais elle a terminé sa course en miettes dans le champ voisin. En attendant une nouvelle tentative avec la V 2.0.           

Un drone Star Wars à la française

Image 14 : Les drones, rois du déguisement

Cocorico ! Ce drone « Faucon Millenium » qui fait depuis quelques semaines le tour de la planète web (voir vidéo) et est salué par les fans de Star Wars les plus exigeants est l’œuvre du Grenoblois Olivier C., membre du forum RCgroups.com, passé maître dans l’art de customiser des drones de manière assez réaliste. Ce quadricoptère fait de polystyrène est équipé de multiples LED et peut évoluer à environ 30 km/h.       

Olivier C. contre-attaque !

Image 15 : Les drones, rois du déguisement

Quelques semaines seulement après avoir dévoilé sur YouTube son drone Faucon Millenium, Olivier C. a récidivé pour le plus grand bonheur des amoureux de la saga Star Wars avec ce Tie Interceptor (voir vidéo) filmé ici pendant un vol de nuit.    

Un scoot trooper sur son spider bike

Image 16 : Les drones, rois du déguisement

Cet autre hommage, volant, et très réussi, à Star Wars est à mettre au crédit d’Adam Woodworth. Ce drone représentant un scoot trooper juché sur son speeder bike à l’échelle 1:6 a été conçu à partir d’un modèle réduit Hasbro datant des années 90.  Pour tout connaître de sa conception, c’est par là.  Et pour le voir voler, ne ratez surtout pas cette vidéo.    

Les Ovbi d’Otto

Image 17 : Les drones, rois du déguisement

Les « Ovbi » (Objets volants bien identifiés) de l’américain Otto Dieffenbach ne sont pas à proprement parler des drones « déguisés » mais des mannequins ou des objets motorisés capables de voler. Et c’est déjà pas mal. Il en a d’ailleurs fait son métier par le biais de la société Flyguy Promotions, spécialisée dans la promotion de marques, l’événementiel, etc.  Sa chaine YouTube témoigne de toute l’étendue de ses créations. Tout y passe : de Superman à Green Lantern, Harry Potter ou Dumbo en passant par des canettes de soda et même une Tardis, beaucoup plus petite que celle de Flyonix, mais qui ne termine pas ses vols en miettes (voir vidéo).

Delorean en vue !

Image 18 : Les drones, rois du déguisement

Cette Delorean tout droit sortie de Retour vers le futur animée par un quadricoptère AR. Drone a fait le tour du web depuis 2012 mais on ne s’en lasse pas. Quatre hélices remplacent les roues, un capteur MultiWii la stabilise et des LED la font paraître plus vraie que nature (de loin).  

New DeLorean

Image 19 : Les drones, rois du déguisement

Alors que la Delorean volante précédente nous venait de Russie, un nouveau modèle opérationnel pourrait voir le jour prochainement dans le ciel d’Écosse. Son concepteur, Lord Barry Thackrey, photographe aérien de son état, est lui aussi un grand fan de la trilogie de Robert Zemeckis et a choisi de prendre pour base un modèle réduit au 1 :15 de la célèbre voiture. À suivre…          

Un drone médusant

Image 20 : Les drones, rois du déguisement

Ce drone-robot conçu par Leif Ristroph du département de mathématiques de l’Université de New York ne ressemble à aucun autre et pourtant, sa forme nous est familière puisqu’il est inspiré de la méduse et de son mode de déplacement. Ce qui n’est encore qu’un prototype ne possède pas de source d’énergie « embarquée » (il est relié à une batterie) mais peut d’ores et déjà «décoller » et se maintenir dans les airs quelques instants. 

Graine de drone

Image 21 : Les drones, rois du déguisement

Restons dans un domaine plus sérieux et scientifique avec Samara, un petit drone imaginé par le Dr Paul Pounds du département de robotique de l’Université du Queensland en Australie. La forme de Samara s’inspire de celle, très caractéristique, de la graine d’érable (appelée aussi samare) qui peut être transportée par le vent sur de très grandes distances. « Largués » par des avions ou des hélicoptères au-dessus de zones à risques, ils sont totalement autonomes et intègrent des capteurs potentiellement capables de détecter les feux de brousse et de forêts, avant d’alerter les centres de contrôle.