Accueil » Dossier » Les flops high-tech de l’année

Les flops high-tech de l’année

Image 1 : Les flops high-tech de l'année

Samsung Galaxy Gear

La Galaxy Gear de Samsung a réussi un double exploit en cette année 2013. Prétendre au titre de produit high-tech et à celui de la plus grosse déception. Samsung avait décidé de jouer gros dans le domaine des montres connectés. Et surtout de sortir son modèle avant ses concurrents (à commencer par Apple soupçonné d’en préparer une depuis quelques mois). Bien avant son officialisation à l’IFA en septembre, Samsung avait fait part de son intention de dominer le marché naissant des montres connectées.

Dans son plan Samsung a néanmoins oublié l’essentiel : pour s’imposer sur un marché encore faut-il avoir un bon produit. Et la Galaxy Gear n’a pas l’étoffe d’un gadget high tech emblématique. Un design quelconque, un usage limité à trop peu de téléphones, une autonomie dérisoire et finalement très peu d’applications concrètes… le bilan est sans appel pour la montre connectée.

Lire : Galaxy Gear de Samsung, on craque ou pas ?

Image 2 : Les flops high-tech de l'année

MEGA ne connait pas de mega succès

En janvier 2012, la fermeture du très populaire MegaUpload portait un coup au partage de fichier, légal comme illégal, sur Internet. En janvier 2013, Kim DotCom lançait en grande pompe son successeur, sobrement nommé MEGA, et destiné à devenir le digne remplaçant du site de partage de fichiers. Malheureusement, ce nouveau site est loin d’avoir remporté le succès de son prédécesseur, et on ne retrouvera jamais l’aura de MegaUpload.

Le site semblait pourtant tout avoir pour plaire : disparition des limitations de vitesse, plus de temps d’attente, moins de publicité, et données chiffrées sur les serveurs. Mais cela ne suffira visiblement pas aux utilisateurs, qui auront eu tout le loisir de trouver d’autres solutions de rechange pendant deux longues années.

Image 3 : Les flops high-tech de l'année

iPhone 5c

Cette année Apple n’a pas sorti un iPhone… il en a commercialisé deux ! L’iPhone 5 a donc deux successeurs avec l’iPhone 5s et l’iPhone 5c. Si le premier a tout d’un haut de gamme Apple et notamment une fonction inédite avec « Touch ID », le second a tout d’une mascarade.

L’iPhone 5c n’est pas le smartphone low cost d’Apple que beaucoup espéraient, il est un iPhone 5 légèrement amélioré, mais revêtu d’une coque en plastique et vendu à peine moins cher que le 5s (599€).

Le flop stratégique semble se confirmer dans les ventes. Si Apple refuse de communiquer sur les seuls chiffres du 5c (préférant comptabiliser les ventes d’iPhone sans distinction de modèle), il n’en demeure pas moins que la firme a drastiquement baissé la production de son smartphone « cheap », signe indéniable qu’il ne trouve pas grâce aux yeux des utilisateurs.

Lire notre match : iPhone 5c vs iPhone 5

Image 4 : Les flops high-tech de l'année

Les films high-tech au cinéma

Cette année, la rédaction de Tom’s Guide s’est lancée dans la chronique de films. Pas n’importe quels longs métrages, ceux destinés aux « geeks », au sens large. Films de super héros, d’heroic fantasy, de SF ou plus largement issus de l’univers high-tech. Et le moins que l’on puisse dire c’est que nous n’avons pas été gâtés par cette dernière catégorie. Entre le biopic sur Steve Jobs, le nanar publicitaire de Google, « les stagiaires » et l’insipide « Cinquième pouvoir » sur Julian Assange, les séances de cinéma se sont transformées en supplices sensoriels.

Avec une note moyenne de 2/5 ces trois films confirment surtout que dès qu’il s’agit de s’adresser aux « geeks » Hollywood ne peut s’empêcher de céder à la facilité et surtout aux clichés. Une note d’espoir pour 2014 tout de même, avec X-Men : Days of Future Past et éventuellement le Jobs de Sorkin, il est permis de rêver.

Lire : Jobs la Geek critique

Lire : Les stagiaires, la Geek critique

Lire : Le cinquième pouvoir, la Geek critique

Toute l’actu cinéma geek sur Tom’s Guide

Image 5 : Les flops high-tech de l'année

Une communication difficile pour la Xbox One

La Xbox One est sortie le 22 novembre dernier, mais son histoire a commencé bien avant cette date. La campagne de communication de Microsoft autour de cette console avait été assez difficile, notamment à cause des annonces controversées et contradictoires avant sa sortie. Voyez plutôt : selon les premières annonces, les jeux ne pouvaient être prêtés ou revendus que sous certaines conditions très strictes, et que chaque Xbox One devait être connectée en permanence, ou presque, à Internet.

Idem concernant Kinect, qui devait être obligatoire au bon fonctionnement de la console, ce qui posait de nombreux problèmes concernant la vie privée des utilisateurs. Chacune de ces décisions a ensuite été annulée par Microsoft, qui a décidé de revenir en arrière pour proposer un système plus ouvert, mais qui doit depuis rattraper son retard en terme d’image sur la PS4 de Sony, qui a évidemment profité de cette débâcle pour enfoncer un peu plus son concurrent.

Image 6 : Les flops high-tech de l'année

Le vrai-faux bouton Démarrer de Windows 8.1

Ceux qui ont mis les mains sur Windows 8 lors de sa sortie, notamment les habitués de longue date du système, auront certainement remarqué la disparition du célèbre bouton « Démarrer » dans cette version. Après de nombreuses réclamations d’utilisateurs, Microsoft a finalement pris la décision de rétablir ce bouton dans Windows 8.1, mais celui-ci arrive malgré tout comme une déception : alors que ce boutons servait traditionnellement à retrouver tous les menus et sous-menus relatifs au système et à ses applications, il n’est désormais plus utilisé que pour lancer l’interface Modern UI (Metro).

Largement insuffisant pour contenter les nostalgiques du bon vieux menu déroulant, et il est dès lors bien difficile de parler d’un véritable retour du bouton Démarrer.

Image 7 : Les flops high-tech de l'année

PRISM, quand la NSA espionne nos communications

Et si la NSA passait son temps à espionner nos emails, nos conversations sur Internet et nos téléphones portables ? Théorie du complot ? Paranoïa ? Pas si sûr, depuis les révélations faites par Edward Snowden, ancien agent de la NSA, qui révèle à travers des documents officiels de l’agence de renseignement que cette dernière aurait bien accédé à des données privées sur différents services, dans le cadre de la lutte antiterroriste. Peu de services sont épargnés : Google, Yahoo!, AOL, Apple et même Microsoft sont concernés, à leur insu selon les dires de leurs porte-paroles respectifs.

L’affaire a évidemment fait grand bruit, mais la réaction du FBI, de la NSA et du gouvernement américain est loin d’avoir rassuré les internautes, d’autant que les révélations troublantes sur ces agences de renseignement continuent de se poursuivre en cette fin d’année.

Image 8 : Les flops high-tech de l'année

Les OS alternatifs (Tizen, Ubuntu OS)

Lorsqu’on parle de systèmes d’exploitation sur smartphones et tablettes, il y a trois noms qui reviennent souvent : Windows, Android et iOS. Si ces trois systèmes équipent l’écrasante majorité de nos appareils mobiles, il en existe pourtant des alternatifs, généralement libres et gratuits, et qui se veulent les remplaçants de ces trois géants. Ils se nomment Tizen ou Ubuntu OS, et si leur nom ne vous dit rien, c’est surtout parce qu’ils n’équipent à peu près aucun terminal.

Tizen n’est pour l’instant disponible que sur une tablette japonaise du nom de Systena, alors même que Samsung, créateur du système, n’a pour l’instant sorti aucun appareil commercial l’utilisant. Quant à Ubuntu, si le site qui lui est consacré affirme que le système peut être installé sur n’importe quel appareil compatible avec Android, aucun constructeur ne semble avoir sauté le pas pour l’instant.

Image 9 : Les flops high-tech de l'année

Le triste bilan de la HADOPI

En décembre 2009 naissait la Haute Autorité pour la diffusion et la protection des droits sur Internet (HADOPI), solution du gouvernement alors en place au téléchargement illégal sur Internet. Celle-ci se démarquait des précédentes tentatives par une manière originale de sanctionner le téléchargement : un premier avertissement par mail, puis un second par courrier recommandé, et enfin une suspension de l’accès à Internet pour les récidivistes. Quatre ans plus tard, le bilan n’est pas brillant : pour l’année 2013, Hadopi a recensé 1,9 millions de mails envoyés, 186 153 lettres recommandées, et 633 délibérations ayant conduit à 51 dossiers transmis au parquet, le tout pour une facture colossale estimée à près de 130 millions d’euros pour les seules identifications.

En contrepartie, la seule amende recensée à ce jour et ayant découlé du travail de la Hadopi a été attribué en 2012 à un internaute pour avoir téléchargé un album de musique, et s’élève à… 150 euros. À noter qu’une seule et unique connexion a été suspendue grâce à Hadopi, en juin 2013, et que la Haute autorité tirera bientôt sa révérence.

Image 10 : Les flops high-tech de l'année

De nouvelles consoles, mais peu de nouveaux jeux

Une fois n’est pas coutume, cette fin d’année est riche en sorties pour les fans de jeux vidéo, et pour cause : la Xbox One de Microsoft et la PS4 de Sony sont sorties le même mois dans nos magasins, à une semaine d’intervalle ! Le rêve pour tout joueur qui se respecte, et pourtant, le bonheur n’est pas forcément au rendez-vous. Car à moins de vouloir retrouver sur ces nouvelles consoles des versions légèrement rehaussées de jeux qui se trouvent ailleurs pour moins cher, mieux vaut pour l’instant passer son chemin.

Les FIFA, Call of Duty et autres Assassin’s Creed, s’ils ont un charme indéniable sur ces consoles de nouvelle génération, n’en restent pas moins que des portages de jeux identiques et disponibles sur des consoles deux fois moins chères. Et malheureusement, les exclusivités de ces consoles sont encore bien trop rares et souvent trop peu intéressantes pour justifier à elles seules de se les offrir à Noël.

À Lire : Xbox One vs PS4 : le match des consoles

Image 11 : Les flops high-tech de l'année

Des Google Glass qui se font attendre

Lorsque Google a présenté ses Google Glass en 2012, tout le monde s’est pris à rêver des possibilités que ces prototypes pourraient offrir à ses utilisateurs. Aujourd’hui, presque deux après leur première apparition, Google continue d’essayer de nous parler de ses lunettes connectées, mais il faut bien admettre que le rêve n’y est plus vraiment, et qu’il a fait place à une certaine impatience mâtinée de lassitude. Voilà trop longtemps que le géant du Web nous agite ses prototypes de lunettes sous le nez, à défaut de nous les mettre sur le nez en sortant une version commerciale.

Google nous promet bien une sortie des Google Glass pour 2014, tout en se permettant le luxe de ne pas préciser de date, mais on se demande déjà si ce qui nous reste d’envie de les essayer subsistera encore jusque-là. 

Image 12 : Les flops high-tech de l'année

La disparition de Windows Live Messenger

2013 a marqué un tournant pour Microsoft et pour nombre de ses utilisateurs en France : la fin tant redoutée de MSN Messenger/Windows Live Messenger. Le logiciel de messagerie instantanée faisait partie des plus utilisés en France, et certainement des plus populaires parmi les internautes, et l’annonce de sa mise au placard en a clairement déçu un grand nombre. Mircrosoft avait pourtant tout prévu, en profitant de son rachat de Skype pour y transférer tout son système de messagerie de manière presque transparente, mais l’effet escompté n’y est pas vraiment.

Messenger existait depuis 1999, sa disparition crée donc forcément un vide auprès des internautes les plus anciens, que Skype n’a pas vraiment réussi à combler.

Image 13 : Les flops high-tech de l'année

Sites de streaming : la grande débandande

Ils s’appellent Allostreaming, DP Stream ou encore Allomegavideo et ils ont tous un point commun : la justice a décidé de mettre fin à leur activité. Si ces sites sont connus c’est qu’ils permettaient à des millions d’internautes de regarder, illégalement, des séries et des films en streaming.

Mais le 29 novembre dernier, le TGI de Paris, saisi par les ayants droit, a décidé de la mort numérique des ces services illégaux. Le Tribunal n’a pas décidé de la fermeture des ces sites mais bien du blocage de leur accès que ce soit auprès des FAI ou des moteurs de recherche.

Pour autant, la chasse aux sites de streaming n’est pas terminée. D’ores et déjà certains d’entre eux ont mis en place des moyens contournés pour accéder à leurs services. Et à l’heure de ces lignes, la décision du TGI n’a toujours pas été appliquée.

Image 14 : Les flops high-tech de l'année

iOS 7 : flat design et ralentissements

L’année 2013 chez Apple ne se résume pas à l’iPhone 5s et à l’iPad Air. C’est aussi au cours de ces derniers mois que la marque à la pomme a choisi de remodeler complètement son OS mobile : iOS. C’est Jony Ive, l’un des designers les plus reconnus d’Apple qui a hérité de la lourde charge de définir les standards du successeur d’iOS 6.

Le papa de l’iMac, de l’iPhone et autres iPod a ainsi décidé de tout miser sur le flat design et les couleurs pastel. Et force est de constater que si le taux d’adoption est à la hauteur des attentes d’Apple (75%), le retour des utilisateurs est, lui, nettement moins enthousiaste. En effet rares sont les interfaces utilisateur d’Apple a avoir été autant décriées par les partisans même de la marque. Mais plus que les incohérences et le design parfois enfantin de l’OS, celui-ci est également la cible des utilisateurs d’iPhone 4 et 4S qui l’accusent de ralentir dramatiquement leur smartphone.

Lire : iOS 6 vs iOS 7 : ce qui change vraiment

Image 15 : Les flops high-tech de l'année

WOW le déclin de l’empire activisien

World of Warcraft est il has been ? Le MMO de Blizzard est entré depuis quelques années dans une phase de déclin. Celle-ci s’est très largement accélérée en 2013. Concrètement le jeu ne compte plus « que » 7,7 millions de joueurs. Si ce chiffre reste très important, il faut garder en tête qu’il était presque deux fois plus important à l’apogée du MMO de Blizzard.

Peinant à se renouveler, et victime d’une dernière extension peu appréciée (Mists of Pandaria est sortie en septembre 2012) WOW n’est plus la poule aux œufs d’or d’antan. Financièrement, les revenus générés par le MMO ont baissé de 54% au cours de sept derniers mois. Heureusement pour Blizzard, ses autres licences, remises au goût du jour, se portent bien mieux. Diablo 3 et Starcraft 2 Heart of the Swarm ont tous les deux été des succès.

Image 16 : Les flops high-tech de l'année

RIP Google Reader

Malgré une annonce bien en amont par Google, la disparition de Google Reader, l’agrégateur de flux RSS de Mountain View, n’est toujours pas digérée par les utilisateurs du service. Et pour cause si les alternatives existent bien, aucune ne semble avoir pris le relais de feu Reader. Disparu depuis le 13 juillet 2013, il est toujours regretté et ce ne sont pas les Feedly, Netvibes et autres FlipBoard qui le feront oublier.

La nouvelle est d’autant plus triste que Google Reader semble avoir été littéralement abandonné par l’entreprise, dès 2010 et la migration des salariés du service vers un autre projet de la firme : Google Plus.