Les pires flops high-tech de 2016

Image 1 : Les pires flops high-tech de 2016

Samsung Galaxy Note 7

Fin d’année oblige c’est l’heure de faire le bilan de l’année high-tech. Et puisqu’on est plutôt taquins, nous avons choisi de commencer par les flops.

Samsung Galaxy Note 7

C’est évidemment le flop de l’année, celui qui va marquer 2016 mais aussi l’image de Samsung et de manière durable. Un flop d’un tel niveau qu’il rejoint les Microsoft Zune, Apple Pippin et autres Nokia N-Gage au rang des plus gros ratages de l’histoire de la « téch ».

Et pourtant, ce Galaxy Note 7 avait tout pour réussir, un bel écran, une chouette autonomie et même un stylet ! A tel point qu’avant même sa commercialisation Samsung enregistrait des pré-réservations record pour son smartphone grand format. Mais c’était sans compter sur son caractère explosif. Dès les premières heures qui ont suivi son lancement, les faits divers se succèdent : de la fumée, des surchauffes et même des explosions pour plusieurs modèles. Samsung nie d’abord avant de cesser les ventes et de rappeler les modèles déjà écoulés. Le coréen tentera même de limiter, via une mise à jour, à 60% la puissance de sa batterie dans une tentative de rattrapage assez ridicule. Début octobre, après 35 incidents recensés, Samsung met fin à la farce et à l’histoire du Note 7 par la même occasion. Mais la fin de l’année ne cessera de rappeler à Samsung ce qui est sans doute son échec le plus cuisant : des campagnes d’interdiction du smartphone chez les compagnies aériennes, aux investigations techniques pour connaître les causes exactes de l’explosion et jusqu’aux quolibets d’Obama, le Galaxy Note 7 est devenu le symbole de l’échec en 2016. Quant aux chiffres, ils détonnent là aussi : Citybank aurait estimé le coût du crash industriel à plus de 3 milliards de dollars.