Accueil » Actualité » Les premières voitures autonomes arrivent sur les routes françaises en 2015

Les premières voitures autonomes arrivent sur les routes françaises en 2015

Image 1 : Les premières voitures autonomes arrivent sur les routes françaises en 2015

En février dernier, nous apprenions que la France est sur le point connecter plusieurs milliers de kilomètres de routes d’ici 2016 afin de lancer des expérimentations sur des voitures connectées. Mais en ce qui concerne les voitures autonomes, nous n’en savions pas beaucoup plus. Jusqu’à la semaine dernière, où les ambitions du gouvernement ont été un peu explicitées.

Dans un rapport accessible en ligne, on découvre que les véhicules autonomes sont perçus notamment comme un moyen de « renforcer la sécurité routière », 90 % des accidents étant causés par des erreurs humaines. Un crédo sur lequel l’un des fondateurs de Google, Eric Schmidt, insiste également pour le développement des Google Cars. Selon lui, « plus vite on aura des voitures qui conduiront pour nous, plus on sauvera de vies ». Mais il n’est pas question que de sécurité. Ces voitures sans chauffeur pourraient également permettre à leurs passagers de « dégager (…), en toute sécurité, un nouveau temps libre ou productif ».

Les premiers essais pour 2015

Image 2 : Les premières voitures autonomes arrivent sur les routes françaises en 2015De nombreux constructeurs automobiles ont déjà fait entendre leurs projets sur la question et les premières voitures autonomes sont attendues pour 2020. D’ici là, la France veut faire partie du peloton de tête en la matière et compte par conséquent favoriser le développement de la technologie. Cela passe par évidemment par des équipements à déployer, mais surtout par une réglementation afin de pouvoir expérimenter ces véhicules sur route ouverte.

Les premiers essais sont d’ailleurs prévus dès l’année prochaine, mais ne seront pas réservés qu’aux industries nationales. Le gouvernement tient à ouvrir les routes de l’hexagone aux différents acteurs mondiaux afin que la France soit « reconnue comme une terre d’expérimentation du véhicule autonome ». Sauf que d’autres contrées, à commencer par les États-Unis, ont déjà pris une belle avance…