Accueil » Actualité » Les profs vont disposer d’un outil antiplagiat conçu par Google

Les profs vont disposer d’un outil antiplagiat conçu par Google

En prévision de la rentrée prochaine, Google vient de dévoiler « Assignments », une nouvelle version de son logiciel anciennement appelé CourseKit. Le but est de fournir aux enseignants un moyen de vérifier rapidement si le travail de leurs élèves est bien un contenu original et non une simple copie du travail d’un autre.

Image 1 : Les profs vont disposer d’un outil antiplagiat conçu par Google

Mais les étudiants pourront eux aussi profiter de ce logiciel en soumettant leur travail au préalable à cette moulinette qui évaluera le niveau « d’originalité ». Les élèves auront ainsi la possibilité de repérer et de corriger les erreurs, tout en faisant gagner du temps à l’enseignant lors de l’évaluation.

Les élèves pourront eux aussi contrôler leur travail

Mais la vérification d’un devoir par les élèves ne sera possible que 3 fois. Cela doit leur permet de corriger les erreurs, sans pour autant les laisser se lancer dans une réécriture uniquement dans le but d’éviter la détection du plagiat.

Une fois le travail fini, verrouillé et adressé à l’enseignant, « Assignments » vérifie le texte de l’élève par rapport à « des centaines de milliards de pagesWeb » et « des dizaines de millions de livres », indique Google.

Les enseignants recevront un rapport détaillé avec toutes les citations erronées et les sources manquantes.

Mais le logiciel de Google ne s’arrête pas là. Il combine des fonctionnalités de Google Docs, Google Drive et Google Search. Il permet également d’accéder à une banque de commentaires pour éviter aux enseignants de taper sans cesse les mêmes remarques, d’assigner des fichiers aux élèves, de gérer la notation au sein d’une même classe…

La fonction de vérification du plagiat vient d’être lancée par Google en version bêta. Des invitations vont être envoyées dans les écoles et aux enseignants au cours des prochaines semaines. Ce service n’est pour le moment disponible qu’en langue anglaise. Un répit pour les étudiants français ?