Accueil » Actualité » Les scientifiques vont-ils ressusciter le tigre de Tasmanie ?

Les scientifiques vont-ils ressusciter le tigre de Tasmanie ?

Des chercheurs australiens ont séquencé le génome du tigre de Tasmanie. Toutefois, introduire ces gênes dans un marsupial n’est pas encore possible sur le plan technique.

Image 1 : Les scientifiques vont-ils ressusciter le tigre de Tasmanie ?

La Terre a perdu une espèce vraiment unique quand Benjamin, le dernier thylacine connu, est mort en captivité en septembre 1936. Malgré un nombre impressionnant d’observations présumées, aucun individu ne fût trouvé dans la nature depuis près d’un siècle. Maintenant, grâce à des progrès incroyables de la recherche sur l’ADN, certains scientifiques croient que nous pourrions ramener le loup marsupial d’entre les morts.

Les chercheurs ont décodé le génome du tigre de Tasmanie

Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Ecology and Evolution annonce que les scientifiques ont finalement obtenu le génome nucléaire complet du thylacine. Ils ont utilisé un chiot conservé dans l’alcool après sa mort il y a plus d’un siècle. Selon les chercheurs, cette espèce aurait partagé un ancêtre commun avec les chiens actuels, il y a 160 millions d’années. Depuis, elles ont évolué différemment. Charles Feigin, un chercheur de l’Université de Melbourne (Australie) résume la situation : les tigres de Tasmanie « ressemblent à un chien ou un loup, mais ils sont des marsupiaux. » Le kangourou et l’opossum, par exemple, appartiennent à cette famille.

Techniquement, cette découverte ouvre la voie à une « recréation » du thylacine. Cependant, Andrew Pask, professeur agrégé à l’Université de Melbourne, souligne que la route est encore longue. « Nous aurions encore besoin de développer un modèle animal marsupial pour héberger le génome du tigre de Tasmanie, comme le travail mené pour inclure des gènes de mammouth dans l’éléphant moderne. » Aujourd’hui, la technologie qui permettrait de faire une telle chose n’existe pas encore. Pourtant, au vu des récentes évolutions, elle est parfaitement envisageable.  

>>> Lire aussi : Deepvariant : l’IA de Google qui séquence l’ADN en quelques minutes