Accueil » Actualité » Les smartphones Wiko envoient des informations au vaisseau-mère, à Shenzhen

Les smartphones Wiko envoient des informations au vaisseau-mère, à Shenzhen

Image 1 : Les smartphones Wiko envoient des informations au vaisseau-mère, à Shenzhen

Après OnePlus, c’est à un autre constructeur que s’est attaqué sur Twitter le chercheur en sécurité connu sous le pseudonyme d’Elliot Alderson sur Twitter. Il a en effet découvert que les appareils de Wiko envoyaient certaines informations à la maison mère de Wiko, Tinno, sans le consentement des utilisateurs.

>>> Retrouvez notre comparatif des meilleurs smartphones

« Bonjour @WikoMobile ! Parlons des applications ApeSaleTracker et ApeStsMonths trouvés dans vos smartphones ! » C’est ainsi que sur Twitter, Elliot Alderson a interpelé ce dimanche la marque franco-chinoise, filiale du constructeur Tinno en Chine. Il a en effet découvert que ces deux applications envoyaient régulièrement des informations sur le smartphone, qu’il s’agisse du numéro client, de la géolocalisation, du numéro de série ou de la version de build, directement à Tinno, et ce sans que l’utilisateur n’ait accepté que ces informations soient transférées. Par ailleurs, une des deux applications en question peut également envoyer ces données par SMS à Shenzhen en Chine, « en fonction de la disponibilité du réseau ». « Récapitulons : Wiko et Tinno collectent des données sans le consentement des utilisateurs, vous n’avez aucun moyen de le désactiver, ils envoient des SMS en Chine avec vos données sans votre consentement et envoient ces données en clair », affirme ainsi Elliot Alderson.

Interrogé par nos confrères de Next Inpact, Wiko a répondu ce lundi à ces informations. La marque française a ainsi confirmé la collection de plusieurs types de données : « IMEI, marque (Wiko Asie, Wiko Europe, …), référence du modèle, version du software et numéro de série hardware ». Cependant, la marque dément l’envoi de données par SMS et affirme qu’à l’avenir le transfert de ces données sera chiffré « via un algorithme RSA ». Enfin, Wiko a annoncé la suppression de ces applications, remplacées par des versions Wiko. Sur ces nouvelles versions de l’application, le transfert de données ne devrait plus être automatique et mensuel, et pourra être refusé par l’utilisateur : « Nous permettrons bien entendu à l’utilisateur de la désactiver ».