Accueil » Dossier » Les Tops et les Flops de Microsoft Bing

Les Tops et les Flops de Microsoft Bing

1 : Calife à la place du Calife 2 : But it’s not Google 3 : Le moteur de recherche en trois tests 4 : Images : Bing colle au Web 2.0 5 : Des images pas si similaires 6 : L'autoplay sur les vidéos de Bing 8 : Plusieurs pays interdits de sexe 9 : Virtual Earth 3D fait son show 10 : Un potentiel à exploiter

Du porno dans Bing

Image 1 : Les Tops et les Flops de Microsoft Bing
Les premiers détracteurs de Bing ont déjà fait leur apparition sur la Toile. Dans leur musette, ils rapportent que la recherche de vidéos est trop ouverte et laisse libre cours à la diffusion de contenus pornographiques.

Un filtre cassé en trois clics

Après test, il est clair que Microsoft n’a pas ses yeux dans sa poche. Lorsqu’une requête est effectuée sur un terme lié au sexe, Bing annonce que « les résultats obtenus pour xyz peuvent correspondre à du contenu pour adultes. » La suite est la meilleure : « pour afficher ces vidéos, désactivez recherche sécurisée. »

En trois clics, le filtre est mis à mal grâce à Microsoft lui-même. Un jeu d’enfant qui mettrait Bing sur la liste noire des filtres parentaux si ce n’est pas corrigé. Notons également qu’à aucun moment il n’est demandé de justifier son âge pour le visionnage d’un contenu à caractère pornographique. Une anecdote qui montre une fois de plus que Bing a encore du chemin à parcourir. Dans ces termes, il n’est pas Safe for Work.

Sommaire :

  1. Calife à la place du Calife
  2. But it’s not Google
  3. Le moteur de recherche en trois tests
  4. Images : Bing colle au Web 2.0
  5. Des images pas si similaires
  6. L'autoplay sur les vidéos de Bing
  7. Du porno dans Bing
  8. Plusieurs pays interdits de sexe
  9. Virtual Earth 3D fait son show
  10. Un potentiel à exploiter