Accueil » Actualité » L’IA de Google dépiste mieux le cancer du sein qu’un humain

L’IA de Google dépiste mieux le cancer du sein qu’un humain

L’intelligence artificielle de Google dépiste mieux le cancer du sein que les radiologues professionnels. Après deux ans d’apprentissage, l’IA du géant de Mountain View est parvenue à réduire significativement le nombre de diagnostics erronés.

Le cancer du sein est la deuxième cause de décès chez les femmes. La clé pour lutter contre ce fléau est le dépistage : plus tôt il intervient, plus grandes sont les chances de vaincre la maladie. Pour venir en aide aux médecins dans cette tâche complexe, Google a développé une intelligence artificielle capable d’analyser les mammographies des patientes. Dans de nombreux cas, l’IA s’est avérée plus performante que les professionnels dans la détection du cancer.

Image 1 : L'IA de Google dépiste mieux le cancer du sein qu'un humain

Selon le rapport d’une étude réalisée auprès de 28 000 patientes américaines et britanniques, l’IA de Google a été capable de réduire le nombre de résultats « faux négatifs » de 9,4%. Le nombre de résultats « faux positifs » a lui aussi diminué de 1,2%. Ces chiffres sont d’autant plus impressionnants que l’IA n’utilise pour faire son diagnostic que les radiographies. Elle n’a en effet pas accès à l’historique médical des patientes, contrairement aux médecins qui s’aident également de ces données pour établir leur diagnostic.

Cette IA peut prédire si un patient va mourir d’une maladie cardiovasculaire

Une collaboration entre l’IA et les médecins

Pour arriver à ce niveau de précision, l’intelligence artificielle a été entraînée à l’aide des radiographies de 91 000 femmes. Dans certains cas, les radiologistes ont cependant détecté des cancers que l’IA n’avait pas dépistés. Cette technologie n’est donc pas infaillible, mais l’idée n’est pas de remplacer le travail des professionnels par l’IA. Il s’agit plutôt de développer une collaboration entre l’homme et la machine, afin d’augmenter les chances de dépister et donc de soigner la maladie.

La prochaine Apple Watch pourrait détecter la maladie de Parkinson

Cette première étude encourageante pourrait ouvrir la porte à la création de nouveaux outils de dépistage. En parallèle de ce projet, Google a récemment lancé un partenariat avec l’organisme de santé américain Ascension. Celui-ci a pour but d’aider les médecins à gérer les dossiers des patients et à suivre l’évolution de leurs résultats d’examens grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle.

Google aurait accès aux données de santé de millions d’Américains à leur insu

Source : Google