Accueil » Actualité » Chandrayaan-2 : l’Inde a retrouvé Vikram, son module d’alunissage

Chandrayaan-2 : l’Inde a retrouvé Vikram, son module d’alunissage

Vikram, de la mission lunaire indienne Chandrayaan-2, a raté son d’alunissage vendredi. L’appareil a disparu du radar pendant près de 24h, mais vient d’être à nouveau localisé par sa sonde spatiale (orbiteur).

Image 1 : Chandrayaan-2 : l'Inde a retrouvé Vikram, son module d'alunissage
Crédit image : ISRO (Indian Space Research Organisation)

L’équipe de la mission Chandrayaan-2 vient de localiser le module Vikram sur la surface lunaire. Une image a été capturée, mais les tentatives de communication avec l’engin demeurent pour l’instant sans succès.

Vikram demeure silencieux

Le week-end a été plein de rebondissements pour l’ISRO (Indian Space Research Organisation). Vendredi dernier, l’équipe de la mission Chandrayaan-2 s’apprêtait à réaliser le premier atterrissage lunaire de l’histoire de l’Inde. Malheureusement, les scientifiques ont perdu le contact avec l’atterrisseur Vikram alors qu’ils se trouvaient à 2 kilomètres de la surface de la Lune. Ce dernier transportait le robot Pragyan, qui devait partir à la découverte du pôle Sud de la Lune, une région encore inexplorée de l’astre.

C’est à quelques minutes seulement d’effectuer son alunissage que la sonde a cessé d’émettre et disparu complètement du radar. Les ingénieurs n’ont cependant pas déclaré Vikram perdu tout de suite et ils ont eu raison. Dimanche, le directeur de l’ISRO a officiellement annoncé avoir localisé le module. Une image thermique a pu être capturée par l’orbiteur de Chandrayaan-2 et les scientifiques tentent actuellement d’évaluer l’état de Vikram. Malgré de nombreuses tentatives, l’équipe n’a cependant toujours pas été en mesure de rétablir la communication avec le module.

L’orbiteur de Vikram étudiera la Lune

Malgré l’échec de l’alunissage de Vikram, les scientifiques de l’ISRO vont poursuivre l’autre volet de la mission Chandrayaan-2 à l’aide de l’orbiteur. Celui-ci est équipé d’un appareil photo de haute résolution et de sept autres instruments scientifiques de précision qui vont lui permettre d’étudier l’atmosphère et le sol de la Lune pendant sept ans.

Avec la mission Chandrayaan-2, l’Inde aurait pu devenir le quatrième pays à faire alunir un engin spatial sur la Lune. En avril dernier, Israël avait lui aussi manqué de peu cet exploit. Son module Beresheet s’était en effet écrasé sur la surface lunaire alors qu’il se trouvait à quelques centaines de mètres seulement du sol.