Accueil » Actualité » Les constructeurs américains à la rescousse de Huawei

Les constructeurs américains à la rescousse de Huawei

Image 1 : Les constructeurs américains à la rescousse de Huawei

Selon des sources proches du dossier, les fabricants de processeurs font
discrètement pression auprès du gouvernement américain, afin de pouvoir vendre leurs produits à Huawei. Contrairement au réseau 5G, les téléphones, les serveurs et les objets connectés ne constituent pas un énorme risque pour la sécurité nationale.

Une perte supérieure à 10 milliards de dollars

En agissant de la sorte, ces entreprises ne veulent pas soutenir la firme chinoise, mais souhaitent éviter une énorme perte. L’année dernière, Huawei a dépensé 70 milliards de dollars sur le marché des composants. Plus de 11 milliards ont profité à des sociétés américaines comme Qualcomm, Intel et Micro Tehcnology. De son côté, Broadcom estime que ses recettes vont chuter de 2 milliards de dollars à cause de cette crise.  

La Semiconductor Industry Association (SIA) a reconnu avoir organisé des consultations avec le gouvernement américain. Elle souhaite aider ses membres à respecter l’interdiction. Et surtout, elle a attiré l’attention des responsables sur les conséquences de cette guerre commerciale.

Toutefois, dans une interview accordée au Mexique, Andrew Williamson, vice-président des affaires publiques de Huawei, a déclaré que l’entreprise n’avait demandé à personne de faire du lobbying en son nom. Sa réponse a été claire : « ils le font de leur propre chef, car pour beaucoup d’entre eux, Huawei est l’un de leurs principaux clients. »

>>> Donald Trump serait prêt à négocier avec Huawei

Huawei aurait-il jeté l’éponge ?

Un mois après avoir été mis sur la liste noire, Huawei n’aurait pas encore parlé au gouvernement des États-Unis. En fait, l’entreprise avait déjà réduit ses efforts de lobbying avant même l’interdiction. L’an dernier, elle a licencié cinq employés de son bureau de Washington, dont son vice-président des affaires extérieures.

Pourtant, Huawei avait mené une vaste campagne de presse pour démentir les accusations d’espionnage.  Selon certains experts en relation internationale, « l’entreprise ne sait plus ce qu’elle doit faire ».  

>>>  Huawei stoppe la production de ses nouveaux PC en Chine