Accueil » Actualité » Lycos obligé de donner l’identité d’un client à la justice

Lycos obligé de donner l’identité d’un client à la justice

Un tel cas avait déjà fait fureur il y a peu de temps en chine, où un journaliste avait vu ses coordonnées révélées par Yahoo sur la demande du gouvernement chinois.
Aujourd’hui, c’est en Europe que pour la première fois, un internaute voit son identité révélée par un organisme sur Internet.
En effet, la protection de l’identité des usagers sur Internet n’est pas valable dans le cas d’une affaire criminelle ou sur la demande des autorités judiciaires.
Ici, c’est donc un internaute de la Haye, en Hollande, qui a vu son identité révélée suite à une plainte à son encontre…

Nom, Prénom, Adresse, …

C’est en 2003 que toute l’histoire a commencé, après une plainte déposée contre un utilisateur du portail Lycos pour un message laissé sur le forum du site.
Selon le plaignant, le post en question lui porterait financièrement atteinte.
Dans un premier temps, Lycos a refusé d’accéder à la demande qui lui a été formulée, et n’a aucunement fourni les coordonnées ni le nom de l’auteur du message, s’appuyant sur les garanties d’anonymat qu’un fournisseur de services Internet doit assurer à son client, et précisant surtout que le message n’était associé à aucune offense criminèle.
Seulement, la cour hollandaise a donné raison au plaignant, comptant bien engager des poursuites contre l’auteur du message, responsable à travers son message selon elle des dommages financiers causés au plaignant.
Elle fait donc fi des lois européennes imposant le respect de l’anonymat des internautes et force ainsi Lycos à lui révéler l’identité de l’auteur du message incriminé.
C’est une première dans l’Union Européenne, une première qui aura fait le bonheur de l’industrie de la musique, de la vidéo ou encore des logiciels, qui ont approuvé sans la moindre remarque la décision de la justice hollandaise.
Attendons nous donc dans l’avenir à des tentatives de ces mêmes industries de récupération des coordonnées d’un Internaute, s’appuyant sur cette décision judiciaire pour faire jurisprudence…

Source : Silicon