Accueil » Dossier » [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

[MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Image 1 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le temple du mobile, mais plus seulement

Fidèle à ses habitudes, le salon du Mobile World Congress s’est cette année encore tenu à Barcelone. Il s’agit du rendez-vous annuel en matière de mobilité et c’est toujours l’occasion de découvrir de nouveaux produits, de nouveaux concepts et d’anticiper les différences tendance de l’année.

Cette édition 2014 a confirmé la tournure que prend le marché et l’intérêt des constructeurs dans le domaine de la santé. Samsung, Sony, Huawei… Nombreux ont été les constructeurs de différentes nationalités à présenter, parfois pour la toute première fois, un bracelet connecté ou des solutions de mesure intégrée directement aux téléphones. En ce qui concerne ces derniers, leurs équipements sont toujours plus pléthoriques, que ce soit sur le plan matériel ou logiciel. Contrairement à l’année dernière, de nouveaux appareils très haut de gamme ont été dévoilés, de quoi relancer la course pour le reste de l’année.

Le MWC a également été l’occasion pour le monde de l’automobile de rappeler son intérêt pour les nouvelles technologies mobiles et, pour les acteurs traditionnels de la mobilité, de démontrer leurs potentiels pour équiper les voitures de demain.

A lire aussi : Smartphone : lequel acheter ? Comment choisir ?

Image 2 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le plus attendu : Samsung Galaxy S5

Après avoir boudé le Mobile World Congress pour les Galaxy S3 et S4, Samsung revient en Espagne pour présenter son nouveau smartphone haut de gamme, le Galaxy S5. Et comme on pouvait s’y attendre, ce téléphone a tout pour se faire respecter : processeur dernier cri Snapdragon 801 à 2,5 GHz, 2 Go de mémoire, un nouveau capteur photo 16 mégapixels capables de filmer en Ultra HD, une coque totalement étanche à l’eau et la poussière et une nouvelle batterie de 2 800 mAh. Surtout, le S5 arrive avec son lot de nouveau capteur : lecteur d’empreinte digitale avec système d’authentification des paiements PayPal et capteur de rythme cardiaque au dos de l’appareil pour garder un œil sur sa santé… L’iPhone 5s n’a qu’à bien se tenir.

Mais Samsung n’a jamais considéré que le matériel pour assoir sa suprématie. La partie logicielle est toujours particulièrement fournie avec d’innombrables fonctionnalités propres à ce téléphone. Le Download Booster a particulièrement retenu notre attention, un système permettant de coupler la 4G et le WiFi pour télécharger plus rapidement. Un système d’économie d’énergie spécifique est aussi de la partie, qui désactive toutes les fonctionnalités excepté le téléphone et les SMS afin de maximiser l’autonomie. Avec tout cela, il va sans dire que le Galaxy S5 s’annonce assez cher, probablement entre 650 et 700 euros.

Lire : [MWC 2014] Samsung dévoile le Galaxy S5 : sur-équipé

Image 3 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le plus tendance : les milieux de gamme performants

Cette année plus que jamais, la tendance était aux smartphones milieu de gamme. La plupart des constructeurs ont ainsi dévoilé des appareils vendus à moins de 400 euros. Une tendance qui répond à un besoin de plus en plus important des consommateurs qui achètent leurs smartphones non plus de façon subventionnée avec un abonnement de deux ans, mais avec un forfait low cost, au tarif plein pot.

C’est pour répondre à ce besoin que plusieurs constructeurs ont ainsi dévoilé des smartphones milieu de gamme vendus à moins de 400 euros, mais avec des spécifications qui restent intéressantes. HTC a ainsi dévoilé le Desire 816 avec son écran de 5,5 pouces, son processeur Snapdragon S400 quatre-cœur et son capteur 13 mégapixels vendu à 379 euros. De son côté, Sony a dévoilé le Xperia M2 et son écran de 4,8 pouces avec le même processeur et un tarif de 299 euros. Enfin, LG a exposé son G2 Mini, avec un écran de 4,7 pouces et un processeur Snapdragon S400, commercialisé à 299 euros également. 

Retrouver les articles sur le HTC Desire 816 et le LG G2 Mini

Image 4 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le moins cher : le smartphone Firefox OS à 25 dollars

Après une présentation en fanfare lors du Mobile World Congress 2013, Mozilla a continué sur sa lancée cette année avec une conférence visant à présenter de nouveaux smartphones, mais aussi des tablettes, des montres connectées ou des téléviseurs.

Le positionnement de Firefox OS reste néanmoins le même avec l’objectif de viser essentiellement les marchés émergents en Amérique du sud, en Europe de l’Est, en Asie ou en Afrique, et de convertir les utilisateurs de feature phones aux smartphones. Pour cela, les smartphones équipés du système d’exploitation ont un argument imparable : leur prix, souvent inférieur à 100 euros. Cette année, Mozilla a annoncé un partenariat permettant d’aller encore plus loin dans la guerre des prix. Avec le fabricant de composants Spreadtrum, Mozilla travaille à l’élaboration de smartphones sous Firefox OS vendus à 25 dollars grâce au SoC SC6821. Aucune date de commercialisation n’a encore été annoncée.

Lire l’article sur Firefox OS au MWC 2014

Image 5 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

La plus grosse surprise : le Samsung Gear Fit

Si on savait d’ores et déjà que Samsung dévoilerait plusieurs modèles de montres connectées afin de corriger les erreurs de la première Galaxy Gear, le Coréen a également annoncé un autre accessoire connecté : le Gear Fit.

Contrairement à la plupart des bracelets connectés des constructeurs concurrents, le Gear Fit propose un écran en couleur de 1,84 pouce avec une définition de 432 pixels par 128. Comme les Gear 2 et Gear 2 Neo, il est possible d’y recevoir les principales notifications de son smartphone, mais également de personnaliser l’interface en changeant le fond d’écran, ou d’avoir un aperçu de l’heure. Le bracelet intègre également plusieurs capteurs comme un podomètre, bien évidemment, mais aussi un capteur permettant de mesurer le rythme cardiaque. Malheureusement, le Gear Fit n’est compatible qu’avec les appareils de la gamme Galaxy de Samsung. Si le bracelet sortira le 11 avril prochain, en même temps que le S5, aucun prix n’a encore été communique.

Retrouver l’article sur le Gear Fit, le bracelet connecté de Samsung

Image 6 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le déception : le LG Pro 2

LG n’avait pas attendu le MWC pour montrer ses nouveaux téléphones, parmi ceux-là le G2 Pro. Nous étions réellement enthousiastes à l’idée que le G Pro ait un successeur. Cette phablette nous avait conquis, grâce à de bonnes performances, un design et des fonctionnalités réussis. Le G2 Pro reprend ces qualités en se basant sur l’illustre smartphone G2. Au programme, des performances améliorées grâce à plus de mémoire vive (3 Go), un capteur photo (déjà excellent sur le G2) encore amélioré avec de l’enregistrement Ultra HD et une batterie étendue à 3 200 mAh, merci le gain de place apporté par l’énorme écran 5,9 pouces.

Mais allez comprendre pourquoi, LG nous refait le coup du G Pro : la firme coréenne a annoncé son intention de… ne pas lancer l’appareil en Europe. Au-delà de la déception, nous cherchons surtout une raison logique à cette décision, qui ressemble beaucoup au scénario de l’année dernière. Petit rappel : au MWC 2013, LG montre la phablette G Pro, qui avait été annoncé en Asie plusieurs mois auparavant. Pourtant, la marque précise d’emblée qu’elle ne commercialisera pas l’appareil en Europe, avant finalement de se rétracter de le distribuer à partir de l’été.

Ce rétropédalage n’est bon ni pour l’image ni pour le timing, le G Pro est arrivé trop tard pour rencontrer un vrai succès. Concernant le G2 Pro, son plus grand challenger le Samsung Galaxy Note 3 est présent depuis la rentrée 2013. Si LG veut espérer donner une chance à son appareil, il ferait mieux d’éviter de perdre plus de temps.

Lire : LG annonce officiellement le G2 Pro

Image 7 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le plus selfie : Acer Liquid E3

Selfie, le tag le plus utilisé sur Instagram, le mot de l’année selon le dictionnaire d’Oxford… Impossible de passer à côté de cette mode. Les constructeurs équipent alors les façades des téléphones de capteurs photo toujours plus performants et les accompagnent de logiciels d’optimisation plus ou moins efficace. Mais l’un des problèmes majeurs concerne la luminosité : un selfie de nuit, sans lumière, ne laissera qu’un sombre souvenir. Acer a alors eu l’idée d’intégrer tout simplement un flash LED sur la partie avant, afin de donner un peu de lumière sur les selfies nocturnes.

Et pour ne rien gâcher, ce n’est pas la seule qualité de ce téléphone milieu de gamme dont l’écran 4,7 pouces profite d’une dalle IPS avec une bonne définition 720p (1 280 x 720). Le processeur quatre cœurs cadencés à 1,2 GHz est accompagné d’un giga-octet de mémoire et d’un emplacement microSD pour étendre les 4 Go de stockage et le capteur photo arrière totalise 13 mégapixels. Même Android profite d’un traitement de faveur puisqu’une mise à jour vers la version 4.4 KitKat est promise. À noter qu’au dos de l’appareil, un petit bouton « Acer Rapid » est intégré sous le capteur photo. Il n’a rien à avoir avec celui du LG G2, puisqu’il s’agit ici d’une touche de raccourcis totalement programmable. Le tout, pour 199 euros : il ne lui manque que la 4G. Mais on nous murmure que cela ne devrait pas tarder à arriver…

Lire : Les meilleurs selfies de l’année

Image 8 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le plus schizophrène : les smartphones Nokia sous Android

Sans surprise, Nokia a profité du Mobile World Congress pour présenter de nouveaux smartphones, les premiers de la marque finlandaise utilisant Android. Comme Amazon auparavant, Nokia a toutefois totalement revu l’interface et les services intégrés. Exit donc le bureau et les applications Google, l’interface rappelle clairement le système de tuiles de Windows Phone 8 et intègre d’office les principales applications Nokia et Microsoft comme Here Maps, Outloook.com ou Skype. A défaut du Play Store, Nokia lance également son propre magasin d’applications, le Nokia Store. La firme refuse toutefois de communiquer sur le nombre d’applications intégrées à la boutique. Il faudra en effet un certain temps avant de pouvoir y retrouver le million d’applications disponibles dans la boutique de Google. Nokia s’offre néanmoins le soutien de plusieurs stores alternatifs partenaires.

Deux smartphones Nokia sous Android seront commercialisés en France : le Nokia X et le Nokia XL. Le Nokia X propose un écran de 4 pouces avec une définition de 800 pixels par 480, un capteur de 3 mégapixels et un processeur Snapdragon S4. Il sera vendu à 119 euros. Le Nokia XL proposera quant à lui un écran 5 pouces avec la même définition, un capteur de 5 mégapixels et un processeur Snapdragon S4. Il sera commercialisé à 149 euros

Lire l’article sur les Nokia X, X+ et XL sous Android

Image 9 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le plus démesuré : Huawei MediaPad X1

L’intérêt des constructeurs pour les phablettes ne s’essouffle pas le moins du monde. Huawei l’a rappelé durant sa conférence, en présentant le MediaPad X1. Il s’agit d’un produit pour le moins atypique, puisque sa taille atteint les 7 pouces, soit autant que de nombreuses nombreuses tablettes tactiles, mais permet de téléphoner. Il n’est pas le premier du genre (l’Asus FonePad le fait aussi), mais son design est proche du travail réalisé par Apple sur l’iPad Mini et, force est d’admettre que le résultat est convainquant. Huawei est l’une des marques les plus puissantes en matière de télécommunication (il est le premier fournisseur d’équipement 4G à travers la planète) et ce genre de produit est un gage de bonne volonté, démontrant que le chinois ne se contente pas de suivre, mais tente à sa manière d’innover.

Le MediaPad X1 introduit un processeur à quatre cœurs développé en interne chez Huawei, son écran 7 pouces est de type IPS Full HD et sa finesse est réellement impressionnante (8,97 mm) au regard de son énorme batterie de 5 000 mAh. Le poids ne dépasse pas les 240 grammes et on en vient à se demander si celui qu’on pensait être indétrônable, le Nexus 7, ne vient pas de trouver un sacré challenger. Certes le prix est supérieur, 399 euros, mais la présence d’un lecteur microSD pour étendre les 16 Go de mémoire, le capteur photo 13 mégapixels d’origine Sony et surtout la présence de la 4G, pour appeler ou pour naviguer sur la toile, ont de quoi faire réfléchir.

Lire : [MWC 2014] Huawei MediaPad X1, la phablette surdimensionnée

Image 10 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le plus amusant : Yotaphone

Téléphone ou liseuse électronique, pourquoi choisir ? C’est un peu l’idée du Yotaphone. Issue d’une jeune société russe, une nouvelle version du téléphone (encore à l’état de prototype) nous a été montrée pendant le salon. De nombreuses améliorations apportées au concept permettent de dépasser le simple stade de la bonne idée pour en faire quelque chose de réellement enthousiasmant. Sur la face avant du téléphone, un écran AMOLED 5 pouces propose une version totalement classique de l’interface Android, avec des interactions classiques pour ce type d’appareil. De l’autre côté, c’est un écran E-Ink de 4,7 pouces qui est installé.

Et puisqu’il est désormais tactile, il ne faut plus seulement office de faire valoir, mais peut proposer toute une palette de fonctionnalité : lecture et interaction avec les notifications ou lecture de livres électroniques avec le même confort qu’une liseuse électronique. Et puisque le kit de développement a été déployé, d’autres usages devraient rapidement tirer parti de cette spécificité qui va au-delà du gadget. Surtout, le téléphone est équipé de manière à ne pas être pris en défaut d’un point de vue des performances, avec un processeur partagé par plusieurs ténors du genre (LG G2, Sony Xperia Z1). Il faut maintenant attendre la fin de l’année pour espérer pouvoir poser les doigts dessus, contre un prix qui devrait être aux alentours de 500 euros.

Lire : [MWC 2014] YotaPhone, le retour du smartphone à double écran

Image 11 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

La plus élégante : La Sony Xperia Z2 Tablet

Comme en 2013, Sony a profité de sa présence sur le salon pour présenter sa nouvelle tablette sous Android. Officialisée en même temps que le Xperia Z2, elle présente des caractéristiques assez similaires comme le système de doubles haut-parleurs stéréo en façade et, surtout, son écran qui permet de mettre en avant les couleurs et le contraste grâce à un mélange de technologies logicielles et matérielles.

Ainsi, grâce à la technologie IPS, les angles de vision sont améliorés, favorisant ainsi le visionnage de vidéo à plusieurs. Par ailleurs, comme Samsung sur le Galaxy S5, Sony propose plusieurs technologies logicielles sur le Xperia Z2 et la Xperia Z2 Tablet afin d’améliorer l’image. Grâce à un traitement en temps réel, baptisé XReality, la tablette optimise en permanence les couleurs et le contraste afin de pouvoir délivrer des rouges et des verts éclatants ainsi que des noirs très profonds. La Xperia Z2 Tablet propose un écran de 1920 pixels par 1200 sur une diagonale de 10,1 pouces. Elle sera commercialisée en mars à 399 euros.

Lire l’article sur la Sony Xperia Z2 Tablet et le Xperia Z2.

Image 12 : [MWC 2014] Les tops et les flops du salon du mobile

Le plus paranoïaque : le Blackphone

En ces temps où la vie privée est un concept qui s’effrite à mesure que les scandales se succèdent, certains décident de rendre aux utilisateurs le contrôle sur ses données. Deux sociétés, l’une spécialisée dans la fabrication de téléphone, l’autre dans la sécurité, ont joint leurs efforts pour créer un téléphone totalement hermétique aux écoutes et autres indiscrétions : le Blackphone. Derrière un aspect relativement conventionnel, ce téléphone est équipé d’un système d’exploitation pensé pour protéger l’anonymat de l’utilisateur. Android se passe donc de tous les logiciels de Google, de Maps au Play Store, et son comportement a été modifié afin de ne jamais trop en dire sur la position de l’appareil.

Mais ce sont surtout les communications qui sont protégées grâce à un puissant logiciel de cryptographie. Le principe est simple et s’applique autant aux appels qu’aux messages textes : le téléphone crypte l’ensemble des données qui sont envoyées à l’interlocuteur, sur un autre appareil qui va alors décrypter les informations. Entre les deux, l’appel ou le SMS est incompréhensible. À l’abri des écoutes de la NSA ou tout simplement de la pêche aux informations de Google à travers ses différents services, le Blackphone ne se réserve pourtant pas aux experts : les logiciels sont parfaitement intégrés au système.

Lire : [MWC 2014] Blackphone, le téléphone qui résiste à la NSA