Accueil » Actualité » NASA: baptême de l’air pour la capsule Orion à bord d’un « Super Guppy »

NASA: baptême de l’air pour la capsule Orion à bord d’un « Super Guppy »

Premier décollage pour la capsule Orion à bord d’un avion-cargo « Supper Guppy ». Elle doit rejoindre le centre d’essai de Plum Brook Station pour y passer des tests dans la plus grande chambre à vide du monde. Ses premiers vols d’essai sans équipage sont prévus pour l’année prochaine.

Le gigantesque avion-cargo « Super Guppy » a atterri sur l’aéroport de Mansfield Lahm dans l’Ohio. En provenance du centre spatial Kennedy, il a pour mission d’emporter la capsule Orion qui doit ensuite être livrée aux ingénieurs du centre de recherche de Plum Brook Station près de Cleveland. La navette doit y subir des tests en condition réelle dans la plus grande chambre à vide du monde.

Image 1 : NASA: baptême de l’air pour la capsule Orion à bord d’un « Super Guppy »

Orion entre dans la phase critique d’essais avant de pouvoir quitter le sol, mais pour la Lune cette fois. Les ingénieurs de la NASA et de l’ESA doivent lui faire passer deux séries d’épreuves dans une chambre à vide qui reproduisent les conditions extrêmes de l’espace. La première doit durer 60 jours, et consiste à soumettre l’engin à des températures entre -150° et +150° pour étudier son comportement au soleil et à l’ombre. La seconde s’étale sur une quinzaine de jours, et doit permettre de vérifier le fonctionnement des composants électroniques lorsqu’ils sont soumis à des champs électromagnétiques. En cas de succès, la navette retournera sur la base spatiale Kennedy pour être intégrée au nouveau lanceur Space Launch. En 2020, la NASA a prévu un premier vol d’essai sans équipage de 3 semaines autour de la Lune. 

La Nasa et SpaceX s’associent pour envoyer des robots cargo sur la Lune

Image 2 : NASA: baptême de l’air pour la capsule Orion à bord d’un « Super Guppy »

Elon Musk ne comprend pas que la Nasa choisisse Boeing

Orion est le vaisseau spatial habité que la NASA développe avec le concours de l’agence spatiale européenne dans le cadre du programme Artemis. Il prévoit un retour sur la lune dès 2024, ainsi que l’installation d’une base dès 2028. Au même titre que les vaisseaux CST-100 Starliner de Boeing et Crew Dragon de SpaceX, il pourra également être utilisé pour relever l’équipage de la station spatiale internationale.

Le vaisseau CST-100 Starliner de Boeing prêt pour un premier test de mise en orbite

Source : NASA