Accueil » Actualité » NASA : James Webb recherche des nuages de diamants vaporisés

NASA : James Webb recherche des nuages de diamants vaporisés

Les astronomes de la NASA veulent analyser des nuages composés de pierres précieuses et de métaux vaporisés sur des exoplanètes lointaines. Celles-ci sont si chaudes que ces éléments peuvent être réduits à l’état de micro-poussières.

Le télescope spatial James Webb (JWST) a été lancé en début d’année. L’appareil n’a pas attendu pour nous envoyer des images époustouflantes de l’univers. Plus tôt ce mois-ci, Webb aurait même capturé sa toute première supernova. Mais le JWST s’intéressera bientôt également aux atmosphères exoplanétaires chargées de roches vaporisées et de cristaux tels que le corindon et la pérovskite, qui forment les pierres précieuses sur Terre.

Vue d'artiste - Crédit : ESO/M. Kornmesser
Vue d’artiste – Crédit : ESO/M. Kornmesser

L’instrument se focalisera ainsi sur des exoplanètes à l’atmosphère brulante. On appelle ces astres Jupiter chaudes, qui sont en réalité des géantes gazeuses orbitant très près de leur étoile. Celles-ci sont si chaudes que les éléments rocheux, les minéraux et les métaux peuvent exister sous forme de vapeur dans leur atmosphère, brûlés par des températures atteignant 2 000 degrés Celsius.

James Webb de la NASA : après les diamants vaporisés, des pluies de métaux en fusion

La présence de tels éléments intéresse grandement les scientifiques. Tiffany Kataria, scientifique spécialiste des exoplanètes au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, déclare ainsi : « Sur Terre, beaucoup de ces minéraux sont des bijoux […] Un géologue les étudierait comme des roches sur Terre, mais ils peuvent former des nuages sur les exoplanètes. C’est assez étrange« .

Ce n’est pas la première fois qu’un tel phénomène est détecté. En 2017, des astronomes utilisant le Very Large Telescope de l’Observatoire européen austral au Chili ont détecté la signature d’oxyde de titane dans l’atmosphère d’une Jupiter chaude. Quelques années plus tard, le même instrument a observé de la vapeur de fer sur la face diurne d’une exoplanète similaire.

Les planètes de ce type tendent à toujours exposer la même face. Par conséquent, tandis que le côté diurne peut être extrêmement chaud, la face cachée est nettement plus froide, passant de plus de 2000 degrés à moins de 1500. Par conséquent, le fer se condense et se précipite sous forme de pluie de métal en fusion.

Source : space.com