Accueil » Actualité » Nearby Friends de Facebook : la géolocalisation des amis inspirée de Snapchat

Nearby Friends de Facebook : la géolocalisation des amis inspirée de Snapchat

Image 1 : Nearby Friends de Facebook : la géolocalisation des amis inspirée de Snapchat

Bien que la fonctionnalité existe depuis un peu plus de trois ans, le Nearby Friends de Facebook pour smartphones n’a jamais rencontré le succès. En ces temps de scandale et de piratage des données du plus grand des réseaux sociaux, il y a encore moins de raison pour que les utilisateurs activent ce service. La compagnie serait en train de tester une nouvelle version du service Nearby Friends. Le réseau social mettrait l’accent sur le contrôle des données utilisateurs en s’inspirant, encore une fois, de Snapchat et leur fonctionnalité Snap Map.

>> Google va se lancer dans les stories

Facebook n’est pas seul dans cette situation, et la majorité des acteurs de la Silicon Valley aimeraient pouvoir utiliser nos données de géolocalisation. La rumeur court selon laquelle Facebook est en train de tester une nouvelle version de son service Nearby Friends. Celle-ci ressemble fortement à Snap Map de Snapchat, une application qui permet de lire les Stories géolocalisées de vos amis et d’avoir une idée (approximative) de l’endroit où ils sont situés.

La nouvelle interface de Nearby Friends proposerait une carte regroupant les Amis par localité, plutôt que sous forme de liste (qui resterait cependant consultable grâce à un bouton dédié). Histoire de rassurer des utilisateurs à juste titre très méfiants, Facebook affirme que ceux-ci auront « un contrôle total sur l’utilisation de Nearby Friends. Ils pourront le désactiver dans l’onglet idoine ». En plus de générer des revenus publicitaires plus localisés avec cette fonctionnalité, l’objectif pour Mark Zuckerberg est aussi d’attirer les utilisateurs les plus jeunes, qui fuient la plateforme en masse pour utiliser des services tels que Snapchat ou Instagram.

>> À lire : Aux Etats-Unis, une femme attaque Facebook pour trafic sexuel