Accueil » Actualité » NEC a réussi à faire voler sa voiture pendant 45 secondes (et c’est super bruyant)

NEC a réussi à faire voler sa voiture pendant 45 secondes (et c’est super bruyant)

Faire voler une voiture ? Un projet futuriste ? Non, c’est ce que vient de réaliser la compagnie japonaise NEC durant moins d’une minute.

Image 1 : NEC a réussi à faire voler sa voiture pendant 45 secondes (et c'est super bruyant)

Lundi matin, dans les alentours de Tokyo, la compagnie d’électronique NEC a effectué les tests de sa dernière invention : une voiture volante. Celle-ci a flotté à 3m de haut pendant 45 secondes. Un grand pas pour le monde des EVtol (electrical vertical takeoff and landing – décollage et atterrissage électrique vertical).

Des caractéristiques de « haut vol », mais encore des défis à relever

Le véhicule est en fait plus proche d’un drone roulant que d’une vraie voiture. Il possède en effet 4 hélices en guise de propulseur. Pour la mobilité terrestre, son châssis est équipé de 3 roues disposées à la manière d’un tricycle du futur.

Le véhicule pèse 150 kilogrammes et mesure 3,9 mètres de long pour 3,7 mètres de large et 1,3 mètres de haut. Une taille et poids raisonnable pour un véhicule citadin. A l’intérieur, on ne compte pour le moment qu’une place conducteur.

Avant de devenir une option viable, la création de NEC a encore du chemin à faire. En effet, sa petite dernière ne serait pas encore aux normes de sécurité. De plus, même si elle ne pollue pas environnementalement, sa propulsion bruyante, comme le démontre la vidéo ci-dessous, est un problème certain qui sera difficile à corriger. Enfin, la voiture électrique souffre encore d’une batterie trop faible, qui explique son temps de vol limité.

Une concurrence plus avancée ?

Dans un marché qui n’existe pas encore, tout laisserait penser que NEC a le monopole. Pourtant, Tomohiro Fukuzawa, directeur général de Cartivator, assistait à cette démonstration. La start-up travaillait avec Toyota et NEC pour la fameuse voiture volante des JO 2020. Celui-ci a indiqué que son prototype pouvait depuis peu flotter plus longtemps dans les airs. De son côté, et on s’en rappelle, le néerlandais PAL-V annonçait son EVtol Liberty pour cette année. Cependant, son modèle s’adressait à l’audience restreinte des passionnés de conduite et d’aviation.

NEC reste confiant et prévoit déjà l’avenir des voitures volantes, comme l’a déclaré Kouji Okada, Chef de Projet chez Nec, à Bloomberg : « Le Japon est densément peuplé et des voitures volantes pourraient alléger le trafic. Nous nous positionnons comme des facilitateurs de la mobilité aérienne. Nous renseignons les données des lieux et construisons des infrastructures pour les voitures volantes »

Le gouvernement japonais, quant à lui, a pour but de populariser le moyen de locomotion avant les années 2030. De nombreux tests de ces engins ont été effectués dans des zones dévastées par des tsunamis ou catastrophes nucléaires. Afin d’éviter tout problème de sécurité, bien évidemment. Ainsi, les permis de vol en extérieur ont déjà été accordés à Cartivator, par exemple. De quoi donner envie de suivre la progression de ces nouveaux oiseaux au pays du Soleil-Levant.