Accueil » Actualité » Netflix perd des abonnés aux États-Unis, mais reste confiant

Netflix perd des abonnés aux États-Unis, mais reste confiant

Image 1 : Netflix perd des abonnés aux États-Unis, mais reste confiant

Dans la guerre qui se prépare entre Netflix, Apple TV+, Disney+ et autre Amazon Prime Video, l’annonce de la perte de 130 000 abonnés aux États-Unis devrait inquiéter Reed Hastings, le PDG du géant du streaming. Les propos du dirigeant se veulent apaisants, voire fédérateurs. Selon lui, la multiplication de l’offre en matière de streaming de vidéos sera bénéfique pour tous les acteurs du marché.

>>> Netflix, OCS, Amazon, Start by Canal, SFR Play : quel est le meilleur service pour les films et les séries ?

La lecture du rapport financier de Netflix publié hier n’invite pourtant pas à l’optimisme. En plus d’avoir perdu plusieurs milliers d’abonnés sur le sol américain (la première fois en huit ans), la compagnie n’en a engrangé que 2,7 millions à l’international, soit deux fois moins que prévu.

Dans ce contexte, il est difficile d’imaginer que les affaires vont s’améliorer pour Netflix lorsque la concurrence sera plus féroce. Il ne se passe effectivement pas un mois sans que les plateformes de streaming de vidéos n’annoncent un nouveau film, série ou franchise.

La multiplication des plates-formes

WarnerMedia a ainsi annoncé récemment le lancement de HBO Max, une nouvelle plateforme qui proposera la totalité des programmes de HBO et de Warner Bros. Quelques mois avant Disney avait lui révélé son plan de lancement de son service de streaming qui reprendra les filmsPixar, Star Wars, toute la franchise Marvel, mais aussi des documentairesNational Geographic. 

Selon le PDG de Netflix, c’est une bonne chose. Il déclare : « C’est une époque bénie pour les créateurs de contenu. Ils peuvent nous proposer leurs œuvres ou les soumettre à Disney, Amazon, etc. […] C’est une concurrence saine qui aide à consolider notre industrie ». Le dirigeant précise d’ailleurs que le plus gros concurrent de Netflix n’est ni Apple, ni Disney, mais bel et bien YouTube.