Accueil » Actualité » Nintendo + Sony + Microsoft : tous unis contre Trump

Nintendo + Sony + Microsoft : tous unis contre Trump

En pleine guerre commerciale face à la Chine, Nintendo, Sony et Microsoft ont décidé d’unir leurs voix pour s’opposer à l’augmentation des taxes douanières.

Image 1 : Nintendo + Sony + Microsoft : tous unis contre Trump

Nintendo, Sony et Microsoft se sont alliés pour exprimer leur mécontentement au gouvernement américain.

Les trois sociétés ont transmis une lettre commune au Bureau du représentant américain au commerce. Elle attaque la future augmentation des droits de douane sur les produits en provenance de Chine. Cette mesure porte inévitablement atteinte aux consommateurs. En effet, tous les produits de consommation courant venant de Chine seront désormais soumis à des taxes très élevées.

Le secteur du jeu vidéo n’est donc pas épargné et les prix risquent de flamber. Aux États-unis, environ 96% des consoles importées sont fabriquées en Chine. Sony, Microsoft et Nintendo crient donc au scandale. À titre d’exemple, une console habituellement vendue 400 $ pourrait désormais coûter environ 500 $.

Et les trois sociétés défendent leurs revendications. Elles évoquent notamment les dommages causés au secteur de l’emploi et de l’innovation dans le secteur du jeu vidéo. Cette décision signifie que toute entreprise basée aux États-Unis devra réinvestir dans des technologies qu’elle a déjà contribué à développer en Chine. « La chaîne d’approvisionnement des consoles de jeux vidéo s’est développée en Chine au cours de nombreuses années d’investissement de nos sociétés et de nos partenaires », ont déclaré les trois sociétés dans un communiqué. Selon leurs estimations, l’augmentation des tarifs pourrait affecter les emplois de 220 000 américains et faire disparaître de nombreux commerces.

La lettre adressée au gouvernement américain formule donc une requête claire à l’administration Trump. Elle demande à ce que le secteur du jeu vidéo soit exclu de la liste des produits concernés par l’augmentation des tarifs.

>>> Les entreprises américaines se fichent de l’embargo sur Huawei