Accueil » Actualité » Nous pourrions trouver les « Technosignatures » de civilisations extraterrestres avancées

Nous pourrions trouver les « Technosignatures » de civilisations extraterrestres avancées

Jusqu’à récemment la seule méthode de détection de la vie extraterrestre consistait à rechercher des indices biologiques. La communauté scientifique aborde désormais le sujet avec une approche différente en recherchant des signes d’activités liés aux technologies : les technosignatures.

Image 1 : Nous pourrions trouver les « Technosignatures » de civilisations extraterrestres avancées

Le terme est relativement récent, il a été introduit pour la première fois par l’astronome Jill Tarter, la directrice du centre de recherche SETI. Il désigne des éléments observables qui sont le signe d’une activité extraterrestre. Comme la diffusion d’ondes radio inhabituelles que nous pourrions capter à partir de radiotélescopes. Mais il en existe beaucoup d’autres que nous n’avons pas explorés. Peut-être même que nous les possédons déjà, mais qu’aucun scientifique n’a su les interpréter.

La composition gazeuse d’une atmosphère et son évolution peuvent témoigner d’une activité extraterrestre. Un rayonnement anormal peut également indiquer qu’une planète est peuplée par une civilisation avancée. C’est d’ailleurs ce qu’ont pensé des astronomes lorsqu’ils ont constaté que la luminosité d’une exoplanète diminuait de 20 % pendant des périodes de plusieurs jours. Une hypothèse séduisante, mais il s’agissait simplement de poussières et de débris qui voilaient la lumière émise.

Pendant des années, les scientifiques se sont exclusivement concentrés sur la recherche de biosignatures, mais ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers d’autres méthodes, notamment la recherche de technosignatures.

Détecter une civilisation extraterrestre en observant le rayonnement lumineux d’une planète

« Le jeu est d’essayer de trouver quelque chose d’artificiel, mais aussi de détectable », a déclaré Thomas Beatty, astronome assistant à l’observatoire Steward de l’Université de l’Arizona. De l’espace et par temps clair, la lumière émise par nos villes est le témoin le plus évident de l’activité humaine. Aujourd’hui, les grands télescopes permettent d’identifier la composition gazeuse d’une planète, ils pourraient aussi être employés à détecter le rayonnement des exoplanètes. Thomas Beatty précise néanmoins que pour être détectée « une exoplanète devrait avoir 10 ou 20 fois plus de villes que la Terre, et qu’elles devraient être très denses comme elles le seront probablement sur Terre en 2200 ».

La technologie est en constante évolution. Nous cherchons peut-être la mauvaise chose au mauvais moment, et si une civilisation est suffisamment avancée pour qu’on la détecte d’aussi loin, il est assez probable qu’elle nous ait déjà trouvés.