Accueil » Dossier » Objets volants (high-tech) non identifiés

Objets volants (high-tech) non identifiés

Image 1 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Le vélo volant tchèque

Le 12 juin dernier, à Prague, a eu lieu le premier « vol » public du FlyingBike conçu par les sociétés Technodat, Duratec et Evektor. Il était en mode « drone », c’est-à-dire télécommandé et accompagné d’un mannequin car la puissance de ses batteries ne lui permettent aps encore d’être piloté par un humain. Mais il a tout de même effectué un vol d’environ cinq minutes dans le hangar où a eu lieu l’événement (voir vidéo HD). Ce drôle d’engin volant, de 95 kg tout de même, est équipé de deux rotors latéraux à simple hélice et de deux rotors avant et arrière à double hélice qui lui permettait en théorie d’atteindre la vitesse de 50 km/h avec une autonomie de 5 minutes environ. Le rêve de ses concepteurs est enfin devenu réalité.     

Image 2 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Le yacht volant

Le designer suisse Timon Sager a imaginé cette maison volante qu’il a baptisée Wolke 7 (Wolke signifie nuage en allemand).  L’habitacle lui-même, suspendu  à deux ballons dirigeables, est conçu comme un yacht de luxe des airs sur trois niveaux. De nombreuses vues d’ensemble et des détails de ce vaisseau volant peuvent être consultés sur le site de Timon Sager.    

Image 3 : Objets volants (high-tech) non identifiés

La solution de Hyundai contre les embouteillages

Le Hyundai IDEA Festival qui s’est déroulé récemment a été comme chaque année l’occasion pour les ingénieurs en R&D de la firme d’exposer leurs prototypes dans le domaine de de la mobilité. Et cette année, l’un des projets les plus impressionnants fut sans conteste ce véhicule personnel électrique censé répondre aux problèmes d’embouteillage dans les grandes villes. Dotée de 16 rotors,  cette voiture volante à une place pourra peut-être un jour permettre de littéralement survoler les embouteillages (voir vidéo à 2 min 50 environ).

Image 4 : Objets volants (high-tech) non identifiés

AeroVelo remporte le prix Sikorsky

L’équipe canadienne AeroVelo a officiellement remporté  le  11 juillet dernier le prestigieux Prix Sikorsky organisé par The American Helicopter Society International (AHS) la plus ancienne société (1943) dédiée au développement des technologies dans le domaine du vol vertical. Pour faire simple, les hélicoptères.  Le Prix Sikorsky  (du nom d’un des pionniers de l’aviation, Igor Sikorsky) est doté de 250 000 $ et implique de faire voler un engin à propulsion humaine pendant au moins 60 secondes à une « altitude » minimum de 3 mètres … dans un espace ne devant pas dépasser 100 cm2. AeroVelo a réussi le pari  en restant en vol stationnaire pendant un peu plus de 64 secondes avec un pic à 3 mètres 30 tout en restant dans l’espace horizontal règlementaire (voir vidéo).         

Image 5 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Adoptez un Angry bird !

On connaissait déjà le très sympathique poisson-clown, et le terrifiant requin, volants télécommandés proposés par Air Swimmers. La société vient de décliner la gamme avec les désormais archi célèbres Angry Birds. Ces « ballons » gonflables télécommandés sont à réserver pour une utilisation en intérieur car en extérieur, vous pourriez les voir prendre leur envol pour de bon… 40 euros environ.

Image 6 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Un bâton volant et photographe

Ce petit accessoire étonnant est un concept imaginé par le designer Tsunho Wang qui l’a appelé Flying Stick Camera. Il s’agit d’un appareil photo permettant de faire des autoportraits ou des photos de groupe « aériennes ». Il suffit pour cela de faire rouler l’axe entre les paumes des mains afin d’accumuler suffisamment d’énergie cinétique pour le faire voler le temps de prendre automatiquement quelques clichés.   

Image 7 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Le petit Superhero en mousse

Vous êtes fans de Super héros ? Adoptez-en un grandeur nature et télécommandé qui pourra vous répondre au doigt et à l’œil (voir vidéos). Ils sont proposés l’américain Greg Tanous et sont regroupés sous l’appellation RcSuperhero . Disponibles en deux tailles (144 et 198 cm de hautenviron) ils sont bien sûr personnalisables aux couleurs de votre personnage préféré ou à celle de celui que vous auriez envie d’inventer. Composé de mousse découpée au laser, de contreplaqué et d’éléments en fibre de carbone il est vendu en kit, par correspondance, pour l’équivalent de 300 euros environ.           

Image 8 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Boostez vos avions en papier

Cet autre avion en papier est de taille beaucoup plus modeste que Desert Eagle.  Mais il est surtout capable de voler de manière autonome plusieurs dizaines de mètres grâce au PowerUp, une petite hélice à moteur électrique qu’il suffit de recharger environ 20 secondes avant chaque « vol ». 11 euros environ (sans les frais de port).    

Image 9 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Le plus grand avion en papier du monde

Un peu plus de 360 kg, 14 mètres de long et plus de 7 mètres d’envergure.  Telles sont les dimensions titanesques du plus grand avion en papier qui a réussi  il y a quelques semaines un vol à 800 mètres d’altitude, tiré par un hélicoptère (voir vidéo). Desert Eagle a été conçu par Arturo Valdenegro, un jeune garçon de 12 ans, dans le cadre de The Great Paper Airplane Project.      

Image 10 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Deux véhicules pour le prix d’un


Le fabricant américain Terrafugia qui se distingue déjà avec The Transition (voir vidéo), la première (vraie) voiture volante commercialisée (215 000 euros environ), prépare l’avenir avec un modèle de nouvelle génération qui sera baptisé TF-X.  Ce dernier pourra décoller verticalement,  parcourir jusqu’à 800 km dans les airs et être homologué pour les routes et les autoroutes. Tout en pouvant, une fois replié en configuration voiture, être garé dans le garage familial comme une simple Clio. Ne trépignez pas trop d’impatience cependant car le TF-X ne sera disponible que dans quelques années. Le temps de faire des économies.    

Image 11 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Le Paravelo

Inventé et développé durant deux ans par XploreAir, une jeune société basée à Londres, le Paravelo est un hybride vélo-ULM qui vient de faire une entrée assez remarquée sur la plateforme de financement collaboratif Kickstarter. Il permet bien sûr d’être utilisé comme une bicyclette pour rejoindre n’importe quel type de lieu de décollage (oubliez les longs trajets car il n’est pas très aérodynamique dans cette configuration …) et voler à une altitude maximum d’environ 1 200 mètres (voir vidéo des essais prototype). Il est par ailleurs pliable ce qui permet de le transporter dans le coffre d’une (grande … ) voiture. XploreAir compte sur les visiteurs de sa page Kickstarter pour récolter  jusqu’au 15 aout 2013 les 60 000 euros nécessaires à la poursuite du développement (financement à partir de 5 euros environ).

Image 12 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Un véhicule Renault très gonflé

Zep’linest le résultat d’une étude de style du jeune designer français Damien Grossemy pour le compte de Renault. Ce dirigeable de près de 80 mètres de hauteur est gonflé à l’hélium et est propulsé par des hélices en bois alimentées par l’énergie solaire de panneau dont il est couvert par endroit (voir animation).   

Image 13 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Voiture, avion, hors-bord ou … calamar ?

Ce concept car Audi virtuel, dont on peut craindre qu’il le reste encore très probablement longtemps, a été imaginé par Tibor Juhasz, un jeune designer hongrois, dans le cadre d’un concours de design organisé par Porsche Hongrie. Bien que cette  Audi Calamaro soit censée être une voiture volante, on hésite aussi entre le jet, le hors-bord et effectivement, comme son nom le suggère,  le calamar. Le style et l’esprit des lignes Audi en prime.

Image 14 : Objets volants (high-tech) non identifiés

Wolke frappe encore


S’il ne fallait retenir qu’un seul de ces OVNI d’un nouveau genre ce serait sans doute ce très étonnant Wolke. Sorte d’hommage aux dirigeables du siècle dernier il n’en oublie pas d’innover avec les dernières technologies connues.