Accueil » Actualité » OneWeb : en faillite, le concurrent de SpaceX souhaite lancer 48 000 satellites supplémentaires

OneWeb : en faillite, le concurrent de SpaceX souhaite lancer 48 000 satellites supplémentaires

En faillite depuis mars dernier, OneWeb, concurrent du réseau Starlink de SpaceX, demande pourtant l’autorisation de placer 48 000 satellites supplémentaires. Une démarche surprenante qui annonce peut-être un futur rachat.

SpaceX n’est pas seul à vouloir mettre en orbite une constellation de minisatellites pour fournir un accès internet même dans les zones les plus reculées. OneWeb, son principal concurrent a placé 74 satellites contre 420 pour StarLink, et prévoyait d’atteindre les 650 en 2021. Malheureusement, la société américaine n’est plus en mesure de supporter les investissements conséquents de son ambitieux programme. En mars dernier, elle s’est placée sous la protection du chapitre 11 de la législation américaine concernant les faillites. Une démarche qui lui donne un peu de temps pour envisager l’avenir. Peut-être avec l’arrivée de nouveaux investisseurs pour lui fournir les 2 milliards de dollars dont OneWeb a besoin ou plus vraisemblablement un rachat.

réseau de satellites
Crédit : Scott Kelly / Public domain

C’est dans ces conditions que OneWeb a néanmoins décidé de déposer une demande surprenante auprès de la FCC, la Commission fédérale des communications. L’entreprise souhaite en effet obtenir l’autorisation de mettre 47 844 minisatellites supplémentaires, bien plus que SpaceX qui a déjà reçu le feu vert pour placer 30 000 satellites Starlink. Un pari qui semble assez risqué. Si la FCC donne son accord, la valeur de OneWeb augmentera, mais posera également des contraintes à un éventuel repreneur. Il devra en effet lancer la moitié de la flotte sous six ans, et sa totalité d’ici neuf ans.  

SpaceX : le réseau Starlink aura une latence de seulement 20 ms

SpaceX, Facebook, l’Europe, quel repreneur pour OneWeb ?

OneWeb semble décidé à trouver un repreneur, et depuis sa mise en faillite, plusieurs noms ont circulé. On a notamment parlé de SpaceX, bien qu’on imagine mal quel pourrait être son intérêt à racheter une technologie concurrente déjà en cours de déploiement. Facebook a également été évoqué, ainsi qu’Amazon qui pourrait ainsi concrétiser son projet de constellation baptisé Kuiper. L’Europe pourrait également intervenir pour disposer d’un réseau spatial indépendant des États-Unis, d’autant plus que les satellites de OneWeb sont conçus en partenariat avec Airbus.

Starlink : l’internet par satellite de SpaceX entre en bêta publique dans six mois

Source : Ars Technica