Accueil » Actualité » Oups, la Russie a perdu un satellite

Oups, la Russie a perdu un satellite

Image 1 : Oups, la Russie a perdu un satellite

Construit en avril 2016 sur le site d’une ancienne base de missiles soviétiques situé à l’extrême Est de la Russie, le cosmodrome Vostotchny a lancé sa deuxième fusée ce mardi 28 novembre à 8 heures 41 (heure de Moscou).

Satellite météorologique Meteor M2-1

Le décollage de la fusée Soyouz a été une réussite dans ce cosmodrome établi pour que la Russie devienne moins dépendante de la base kazakhe à Baïkonour. Seul hic, le satellite météorologique qu’elle transportait appelé Meteor M2-1 n’a pas été repéré sur l’orbite où il était prévu se positionner. L’agence spatiale russe Roskosmos a alors dû annoncer dans un communiqué qu’elle a malheureusement perdu contact avec le satellite en question.

« La première session de communication programmée n’a pas réussi à être établie avec le satellite en raison du fait qu’il n’a pas atteint l’orbite désignée », indiquait le porte-parole de Roskosmos dans son communiqué, précisant que « l’analyse de la situation est actuellement en cours » dans le but de connaître plus de détails au sujet de cet échec.

Pesant 2,7 tonnes, le satellite Meteor M2-1 a été prévu pour une mission de cinq ans qui consistait à recueillir des images et des données pour Roshydromet, l’agence météorologique russe. Il s’agissait du premier satellite météorologique du pays capable de recevoir des balises de détresse d’urgence via le réseau international Cospas-Sarsat.

>>> Lire aussi Encore une image incroyable de Saturne par Cassini

En tout, la fusée Soyouz-2.1b transportait 19 satellites en provenance de nombreux pays comme les États-Unis, le Canada, le Japon ou encore l’Allemagne, tandis que le satellite Meteor était sa principale charge utile. Notez également que la fusée Soyouz-2.1a qui portait trois satellites russes était la première à être lancée de Vostotchny le 27 avril dernier. Tandis qu’une troisième fusée est prévue quitter le cosmodrome le 22 décembre prochain.

La station spatiale au coût exorbitant devrait pouvoir lancer jusqu’à une dizaine de vaisseaux non habités par an et le premier contenant un équipage à bord serait normalement lancé en 2023.