Accueil » Actualité » Piratage : Luc Besson rejette la faute sur les services

Piratage : Luc Besson rejette la faute sur les services

Image 1 : Piratage : Luc Besson rejette la faute sur les servicesLe producteur cinématographique Luc Besson s’est exprimé ce week-end à propos du piratage en France. Selon lui, les internautes ne sont pas seuls responsables de cette pratique très présente en France, la faute revient également aux fournisseurs de services et aux annonceurs, comme Free, Google ou Priceminister…

Les acteurs du Net responsables selon Besson

« Appelons un chat un chat, les Français sont les plus grands pirateurs du monde, devant les Chinois et devant tout le monde », a expliqué Luc Besson samedi dernier sur le plateau de l’émission l’Hebdo Cinéma, sur la chaîne Canal+. Mais selon lui, ce triste record n’est pas uniquement imputable aux internautes et à un certain manque de discipline. « Je pense que les internautes sont intelligents, et finissent par comprendre que ça peut nuire au cinéma, les internautes américains l’ont très bien compris », a-t-il ajouté.

« Il est un délit maintenant reconnu de tous : celui de visionner des films gratuitement via Internet. (…) De grandes entreprises françaises sont impliquées à tous les niveaux de la chaîne de valeurs, et tirent un intérêt financier d’une activité illégale. Elles sont complices d’un délit, donc coupables, et doivent, dans un État comme le nôtre, être condamnées et sanctionnées », écrivait Luc Besson dans une tribune parue ce samedi dans le journal Le Monde. Mais qui sont ces acteurs ? « Pratiquement tous les acteurs, que ça soit Google, qui fait de la régie publicitaire, ou Free, qui héberge », explique-t-il devant les caméras. Il pense notamment aux différents services de téléchargement (comme dl.free.fr) ou divers sites qui les exploitent, et sur lesquels il est par exemple possible de retrouver de la publicité proposée par la régie de Google. « Ces gens-là savent très bien qu’ils mettent de l’argent dans des choses qui ne sont pas légales. »