Accueil » Actualité » Pixel 6 Pro : son écran pourrait rivaliser avec les références du marché

Pixel 6 Pro : son écran pourrait rivaliser avec les références du marché

Les Pixels de Google ont tendance à être de bons téléphones sans pour autant être sur le devant de la scène. Avec le 6 Pro, Google compte bien rivaliser en termes d’affichage avec les hauts de gamme Android ou même l’iPhone 13.

Google a récemment dévoilé son Pixel 6 avec une vidéo postée sur la chaîne Youtube de la marque. Le téléphone marque un tournant dans la ligne de Pixel. La firme de Mountain View a en effet décidé de reprendre en main le Pixel. Cela passe par une refonte stylistique afin de donner une identité visuelle à la gamme.

Pixel-6
Un des coloris du Pixel 6. Crédit : Google

Du point de vue des caractéristiques, la grande nouveauté est la puce Tensor, orientée intelligence artificielle et fabriquée par Samsung à la demande de Google. D’autres caractéristiques concernant le Pixel 6 Pro ont également filtré récemment. Si l’on en sait un peu plus sur la puce, les capteurs photo et les dates de lancement, on n’avait que peu d’informations sur l’écran jusqu’à présent.

Un écran digne des plus grands

Le Pixel 6 était supposé embarquer un écran QHD+ (3120 x 1440) avec un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Alors que le téléphone est attendu, question performance, sur le secteur des smartphones milieux de gamme, l’écran devrait rivaliser avec les iPhone 13 et flagship Android.

Google a en effet confirmé la résolution et le taux de rafraîchissement, mais également que la dalle serait de type LTPO et cela change beaucoup de chose.

Un écran LTPO (oxyde polycristallin à basse température) fait référence à une technologie utilisée pour émettre la lumière. Alors qu’un LCD possède une couche de cristaux liquides qui nécessite un éclairage de fond, un écran OLED est constitué de LED qui émettent leur propre lumière. Le LTPO est donc un matériau utilisé pour fabriquer un écran OLED.

Le gros avantage de cette technologie est de pouvoir proposer un taux de rafraîchissement variable sans pour autant avoir à ajouter de composant. Selon les besoins, l’écran peut afficher jusqu’à 120 images par seconde afin d’assurer une fluidité sans faille, mais lors d’utilisations peu exigeantes, le taux de rafraîchissement peut tomber à quelques hertz. L’intérêt principal est de limiter la consommation énergétique d’un composant d’ordinaire gourmand, sans faire de concession sur les performances.

Une technologie dont Apple est à l’origine et que l’on retrouvera sur l’iPhone 13 et 13 pro. De son côté, Samsung propose également une technologie similaire et il n’est pas étonnant de voir Google s’aligner sur cette caractéristique afin de marquer le virage pris par la marque.

Source : trustedreviews