Accueil » Actualité » Pour Lotus, l’électrique est la seule voie vers la sportivité automobile

Pour Lotus, l’électrique est la seule voie vers la sportivité automobile

Le patron de Lotus voit dans l’électricité le futur de l’automobile sportive. Quand Ferrari temporise, le constructeur anglais abandonnera totalement le moteur thermique pour tous ses véhicules à compter de 2021.

Image 1 : Pour Lotus, l’électrique est la seule voie vers la sportivité automobile
Crédits : Lotus

À l’opposé de Ferrari, Lotus embrasse l’électricité comme source d’énergie pour propulser ses véhicules. Alors que le constructeur italien considère que cette technologie manque de maturité et n’envisage pas de sportive électrique avant 2025, Lotus fonce tête baissée. Pour Phil Popham, le PDG de Lotus, cela ne fait aucun doute, l’électricité est ce qui se prête le mieux aux voitures sportives.

Lotus pieds au plancher sur l’électricité

Il a ainsi déclaré au magazine anglais Auto Express : « L’électrification correspond très bien aux voitures de sport : le couple, la distribution du poids, le design et la flexibilité. Pour moi, tout nous amène à l’électricité sur batterie comme technologie ultime pour les voitures sportives ». Concernant la répartition du poids, il ajoute : « Les batteries sont flexibles. Vous n’essayez pas de construire une voiture autour de gros éléments comme les boites de vitesses ou les moteurs, donc ça donne de la flexibilité ».

Lotus sortira sa dernière voiture thermique en fin d’année. Ensuite toutes seront électriques. Les fans de Tesla pourraient penser que ce choix a été motivé par la collaboration entre Lotus et l’entreprise d’Elon Musk pour la réalisation de la première Tesla Roadster qui reposait sur un châssis de Elise, qui résiste étonnamment bien à un accident à 120 km/h. Il n’en est rien. C’est en réalité un désir de Geely, constructeur automobile chinois qui a racheté Lotus en 2017 et qui est aussi derrière la gamme électrique Polestar de Volvo.

Grâce aux investissements de Geely, Lotus a pour projet de revenir sur une gamme plus traditionnelle après l’exubérante Lotus Evija et ses 2000 chevaux électriques que l’on retrouve dans la liste des voitures électriques les plus rapides du monde. Le PDG annonce même que berlines et SUV sont envisagés au même titre que des GT. L’avenir dira qui de Lotus ou Ferrari a choisi la stratégie gagnante.

Source : Electrek