Accueil » Actualité » Pourquoi les DRM ne mourront pas ?

Pourquoi les DRM ne mourront pas ?

iTunes, FnacMusic, Amazon, VirginMega, Starzik et bien d’autres, tous ont annoncé l’arrivée d’offres de téléchargement de musique sans protection numérique (connues sous le nom de DRM). Autant d’annonces qui laissaient penser que ces verrous numériques allaient progressivement disparaître du marché pour laisser la place à des fichiers plus libres. Une hypothèse que réfute le cabinet d’analyse In-Stat, pour qui les DRM ont encore un bel avenir devant eux.

L’avenir des DRM

Selon le cabinet In-Stat, les DRM ne disparaîtront pas devant la musique sans protection, cette dernière étant considérée comme une simple expérience de la part de l’industrie du disque, expérience qui ne portera probablement pas à conséquence.

« La quantité de contenu numérique qui transite par les réseaux de télécommunications est considérable et connaît une croissance constante », indique Mike Paxton, analyste pour In-Stat, « une grande partie de ce contenu est déjà protégée par un type de DRM ou par un autre système de protection de contenu. La progression de la création de contenu numérique a pour effet de stimuler la demande de solutions DRM et de la technologie de protection de contenu. »

La méconnaissance des acheteurs

Autre paramètre de taille soulevé par le cabinet : l’existence même des DRM est totalement inconnue d’une grande partie des consommateurs sur Internet. Le fait qu’une musique soit ainsi protégée ne leur pose donc pas de problème direct, et ils ne font donc pas forcément la différence entre une musique protégée et une musique sans DRM. L’étude s’appuie d’ailleurs sur un sondage effectué auprès des consommateurs, qui révèle que 40% des personnes interrogées ignoraient la signification de l’expression « gestion des droits numériques ».