Accueil » Actualité » PRISM : une pétition pour gracier Edward Snowden

PRISM : une pétition pour gracier Edward Snowden

Image 1 : PRISM : une pétition pour gracier Edward SnowdenEdward Snowden, l’ancien sous-traitant de la NSA ayant divulgué des informations confidentielles au sujet du programme PRISM classé « top secret » est actuellement recherché par l’administration américaine. Une pétition sur le site de la Maison-Blanche demande toutefois que le gouvernement gracie le lanceur d’alerte.

La pétition, lancée le 9 juin dernier, le jour même de la révélation de son identité par le Guardian, a été signée par plus de 116 000 personnes. Comme l’exige le site We The People de la Maison Blanche, chaque pétition dépassant les 100 000 signatures en moins d’un mois a droit à une réponse officielle de l’administration. Ce fut notamment le cas pour une pétition demandant à Barack Obama de réguler le port d’arme après la tuerie de Newton, mais également pour une pétition demandant que les États-Unis se munissent d’une Étoile de la Mort. « Edward Snowden est un héros national et devrait immédiatement bénéficier d’une grâce complète et absolue pour tous les délits qu’il a commis ou peut avoir commis liés à la divulgation des programmes de surveillance secrets de la NSA », demande la pétition. Aucun délai n’est prévu pour la publication d’une réponse par l’administration américaine.

Edward Snowden risque jusqu’à 30 ans de prison s’il est rattrapé par les États-Unis. Il se cacherait actuellement en Russie après avoir laissé croire ce lundi qu’il était en partance pour Cuba. Le lanceur d’alerte a également demandé l’asile politique au gouvernement de l’Équateur.

Ce mardi, le fugitif a affirmé au South China Morning Post, un quotidien anglophone de Hong Kong, qu’il avait postulé chez Booz Allen Hamilton, le sous-traitant de la NSA, dans le but d’avoir accès aux données confidentielles qu’il a par la suite divulguées. « Mon poste chez Booz Allen Hamilton m’a donné accès à une liste de machines à travers le monde que la NSA a piraté. C’est pour cela que j’ai accepté le poste il y a trois mois », affirme-t-il. Pour rappel, le programme PRISM permet à la NSA et au FBI d’accéder aux informations privées des utilisateurs non américains de services édités par Apple, Microsoft, Google, Facebook ou Yahoo.