Accueil » Actualité » Quand Google Home répond aux questions par de l’intox

Quand Google Home répond aux questions par de l’intox

Image 1 : Quand Google Home répond aux questions par de l'intox

C’est l’un des risques des informations trouvées sur Internet, on ne peut s’assurer de leur fiabilité, même quand on s’appelle Google. Utilisant Google Assistant, l’enceinte connectée Google Home a été prise récemment en flagrant délit de désinformation.

Pour Google, l’idée derrière Google Assistant était de proposer la force du Web à ses utilisateurs pour répondre à n’importe quelle question. Il leur suffit de demander, à la voix, à leur smartphone Google Pixel ou à leur enceinte Google Home, n’importe quelle information, pour qu’elle soit trouvée sur Internet par le service et résumée à la voix. Cependant, quand les sources utilisées par Google Assistant ne sont pas fiables, c’est tout le service de Google qui perd en crédibilité.

Sur Twitter, le journaliste Rory Cellan-Jones de la BBC a ainsi publié une vidéo dans laquelle on l’entend demander à son enceinte Google Home si Obama prépare un coup d’état. « Selon Secrets of the Fed, […] non seulement Obama pourrait s’associer avec la Chine communiste, mais Obama pourrait planifier un coup d’état communiste d’ici la fin de son mandat en 2016 ». Des informations bien évidemment erronées qui font tâche au moment où Google tente, avec certains médias, de lutter contre les « fake news », les fausses informations publiées à dessein par certains sites.

Interrogé par le site Recode sur ce problème, Google affirme être déjà au courant et travaille à filtrer ces fausses informations : « Malheureusement, dans certains cas nous mettons en avant un site avec des contenus inapproprié ou faux. Lorsque nous sommes avertis qu’une information mise en avant viole notre charte, nous travaillons rapidement à le supprimer, ce que nous avons fait dans ce cas ». Google en profite par ailleurs pour présenter ses excuses, même si avec une base de données de plusieurs milliards de pages Web, on imagine mal comment la firme de Mountain View pourra supprimer manuellement toutes les fausses actualités mises en avant sur son service.