Accueil » Dossier » Quand les cartes donnent vie aux données

Quand les cartes donnent vie aux données

Image 1 : Quand les cartes donnent vie aux données

Le Wikipedia des routes

Cette image est extraite d’une carte du monde créée et publiée par MapBox dans son OpenStreetMap Data Report 2013. Cette représentation interactive et haute en couleurs permet d’explorer les 34 millions de kilomètres de routes, de la plus modeste jusqu’à l’autoroute, recensées depuis 2004 par le million d’utilisateurs du projet OpenStreetMap. La palette de couleurs utilisées va du vert et bleu pour les plus anciennes, au rose et rouge pour les plus récentes. L’outil permet également de zoomer directement sur les villes de Paris, Londres, New York, Johannesburg, etc.

A lire aussi : 15 cartes qui évoluent en temps réel

Image 2 : Quand les cartes donnent vie aux données

Les zones les plus photographiées au monde

Eric Fisher n’est ni géographe, ni cartographe, mais photographe (auto proclamé « Geek of Maps ») fasciné, notamment, par la visualisation de données. On peut consulter sur son compte Flickr la série The Geotaggers World Atlas constituée de dizaines de cartes étonnantes faisant penser à des toiles d’araignée, obtenues par la position de milliards de photos géolocalisées publiées sur Flickr et Picasa. Les zones et les quartiers les plus denses illustrent celles qui sont les plus photographiées et les couleurs indiquent le moyen de transport. Noir pour les piétons, rouge pour les cyclistes, bleu pour les véhicules motorisés… une autre série, beaucoup plus colorée et baptisée Locals and Tourists, suit le même principe en différenciant les zones selon la fréquence des prises de vues et donc en en déduisant la présence plus ou moins importante de touristes ou de locaux.

Image 3 : Quand les cartes donnent vie aux données

L’activité urbaine au Royaume-Uni

Luminocity, un site web encore en version bêta créé par Duncan A. Smith, propose de visualiserde manière interactive la dynamique urbaine de 14 villes du Royaume-Uni. Quartiers en voie de désertification ou de repeuplement, zones exclusivement dédiées à l’activité économique, etc. sont autant d’informations visualisables d’un seul coup d’œil. Cette version bêta est pour le moment composée de seulement trois couches, produites à l’aide du logiciel de cartographie TileMill. Elles représentent des données de population issues du recensement de 2011, de l’emploi en 2010 et, enfin, de l’évolution de la population entre 2001 et 2011. En attendant une évolution de Luminocity qui intègrerait de nouvelles villes et de nouvelles sources de données.         

Image 4 : Quand les cartes donnent vie aux données

Une carte du programme Erasmus

The Erasmus Network propose une exploration visuelle et interactive du réseau d’environ 3 000 universités et grandes écoles du programme d’échange d’étudiants (3 millions en 2013) et d’enseignants européens et, surtout, une représentation des connexions et flux d’élèves de, et vers, ces différentes destinations.  

Image 5 : Quand les cartes donnent vie aux données

L’activité Twitter et Instagram en temps réel et en 3D

Invisible Cities est un logiciel permettant de visualiser et de naviguer dans un univers de cartes en 3D représentant l’activité de réseaux sociaux tels que Twitter et Instagram (voir vidéo) à l’aide d’un contrôleur Leap Motion Controller. Pour une zone donnée, il est ainsi possible de se balader dans une ville et voir la densité de contributions sur le terrain par l’intermédiaire de pics et de creux qui évoluent en temps réel. Des nœuds individuels apparaissent à chaque fois qu’un message ou qu’une photo est affichée, ces mêmes nœuds étant reliés par des liens en fonction de leurs thèmes. Le logiciel (pour Mac OS X 10.7+ uniquement) est gratuit et peut être téléchargé sur l’Airspace Store.   

Image 6 : Quand les cartes donnent vie aux données

Une boite à outils opendata pour 8 villes d’Europe

« Aider les villes à ouvrir leurs données et donner aux développeurs les outils dont ils ont besoin », tel est, en quelques mots, l’objectif de CityDSK, un projet européen de développement d’une boite à outil de développement d’interfaces ouvertes et interopérables permettant d’exploiter  les « données ouvertes » de huit villes d’Europe (Amsterdam, Helsinki, Manchester, Lisbonne, Istanbul, Lamia, Rome et Barcelone). Cette carte interactive d’Amsterdam par exemple, proposée par Waag Society (institution hollandaise pluridisciplinaire pour l’art, les sciences et les technologies) est un détail d’une carte des Pays-Bas et de ses 9 866 539  bâtiments (c’est précis) associés à un code couleur qui permet de voir s’un seul coup d’œil la période à laquelle ils ont été construits. Les données provenant des enregistrements du cadastre depuis 1800 (et même bien avant pour le centre historique).

Image 7 : Quand les cartes donnent vie aux données

Marathon map

Les poètes peuvent voir sur cette carte de Paris un réseau de vaisseaux sanguins qui alimente le cœur de la ville.  Les curieux et les geeks, quant à eux, apprécieront sans doute également les 14 autres cartes de grandes villes du monde, concoctées par le Dr. Nathan Yau et mises en ligne sur son blog FlowingData, où sont représentés les parcours les plus empruntés par les joggers utilisant RunKeeper.

Image 8 : Quand les cartes donnent vie aux données

Déchets voyageurs

Trash Track est un projet de recherche initié en 2009 par le SENSEable City Lab du MIT pour essayer d’obtenir des informations précises sur les chemins, parfois très longs et inattendus, que prennent les déchets entre leur abandon et leur lieu de destruction (ou non). Comment ? En équipant des déchets de 3 000 petites balises géolocalisées. Objectif : comprendre comment fonctionne la « chaine d’évacuation » (comme contraire de la « chaine d’approvisionnement ») afin d’imaginer de nouvelles façons de gérer nos déchets, moins coûteuses et plus respectueuses de l’environnement. Ils ont eu la surprise de constater, entre autres, que des déchets métalliques et électroniques (téléphones portables, cartouches d’encre…) pouvaient traverser les États-Unis d’est en ouest avant de rejoindre leur dernière demeure (voir sur cette carte).      

Image 9 : Quand les cartes donnent vie aux données

Le jeu vidéo cartographie la réalité

Les gamers qui n’en peuvent plus d’attendre la sortie de Watch Dogs d’Ubisoft le connaissent probablement déjà. Les autres seront très probablement très impressionnés par le site de promo « We are data » que l’éditeur a mis en ligne il y a quelques mois déjà. Il s’agit ni plus ni moins qu’un ensemble de cartes en 3D interactives rassemblant les données publiques des villes de Paris, Londres et Berlin. Le fond est noir et l’ambiance inquiétante, comme il se doit. Réseaux de transport (métros, vélos en libre-service), équipements urbains (feux de circulation, caméras de vidéosurveillance, distributeurs, etc.), réseaux (hotspots WiFi, relais mobile, champs électromagnétiques …) tout y est, ou presque comme si vous y étiez. Enfin presque.         

Image 10 : Quand les cartes donnent vie aux données

Le tour du monde des vélos en libre-service

Bike Share Map regroupe les cartes interactives des systèmes de partage de vélo en libre-service (comme Vélib’ à Paris) d’environ 100 villes du monde, dont 27 en France. En bleu les stations vides, en rouge les stations pleines. C’est simple et interactif et, selon les villes, les informations de disponibilité sont mises à jour toutes les 2 à 10 minutes. Outre l’aspect pratique, cet outil permet également d’obtenir quelques informations comme l’évolution de l’utilisation des vélos au cours de la journée et même, pour certaines villes, une animation des dernières 24 ou 48 heures. 

Image 11 : Quand les cartes donnent vie aux données

Le soleil pour tous

« Manhattanhenge» est un phénomène qui se produit deux fois par an fin mai et mi-juillet à New York lorsque le soleil couchant s’aligne parfaitement avec quelques-unes des principales rues du centre de Manhattan orientées est-ouest (14e, 23e, 34e, 42e rue, etc.) faisant le bonheur des touristes, des photographes de tous horizons et des New-Yorkais eux-mêmes. Cette carte, conçue avec CartoDB à partir de données OpenStreetMap par Javier Santana, permet de savoir où et quand ce phénomène se reproduit, à une moindre échelle, chaque jour de l’année, dans des rues moins larges, plus courtes et surtout orientées de manière légèrement différentes que leurs grandes sœurs des quartiers chics.

Image 12 : Quand les cartes donnent vie aux données

Les dons alimentaires en 3D

Santiago Ortiz est spécialiste de la visualisation de données et se sent visiblement, comme beaucoup d’entre nous, concerné par les crises alimentaires et la faim dans le monde.WFP : Country Donors and Recipients est une carte du monde en 3D qu’il a créée pour visualiser et découvrir dans le détail les dons effectués dans le cadre du Programme Alimentaire Mondial de l’ONU depuis 2003. Il est possible de faire tourner la planète à l’aide de la souris et de choisir un pays pour voir apparaitre les flux entrants et sortants, accompagnés d’un histogramme de leurs évolutions années par année.                  

Image 13 : Quand les cartes donnent vie aux données

Une carte des personnages de cinéma

On s’éloigne un peu de la représentation de données géographiques pour plonger dans l’univers du cinéma avec Moviesgalaxies qui passionnera certainement les amoureux du grand écran et en particulier ceux qui s’intéressent de très près aux personnages de films. Basé sur des algorithmes et un système de traitement des données développés par Jermain Kaminski et Michael Schober ce site permet de visualiser sous forme de carte graphique « sociale » les interactions entre personnages. Un moteur et de nombreux filtres permettent d’effectuer des recherches dans la base qui compte maintenant plus de 750 films.   

Image 14 : Quand les cartes donnent vie aux données

Les évolutions du pouvoir économique

Le titanesque cabinet de conseil aux entreprises McKinsey & Company a développé une application pour iOS et Android qui permet de visualiser sous forme de cartes, des informations issues d’une base de données McKinsey Global Institute concernant plus de 2 600 villes dans le monde. Très logiquement orientées vers l’activité économique mondiale, elles proposent notamment de visualiser l’évolution du centre de gravité du pouvoir économique au cours des deux derniers millénaires avec des projections jusqu’en 2025.       

Image 15 : Quand les cartes donnent vie aux données

Les sciences à la carte

PaperScape est un outil qui propose une carte interactive, associée à un moteur de recherche, permettant de visualiser la base d’articles scientifiques arXiv de la Cornell University. Chaque document référencé est représenté sous la forme d’un point associé à une couleur en fonction de la catégorie à laquelle il appartient et d’une taille, plus ou moins importante, selon sa date de publication.