Accueil » Actualité » Quand les morts hantent Facebook

Quand les morts hantent Facebook

Image 1 : Quand les morts hantent FacebookAvec près de 500 millions d’inscrits sur son réseau, Facebook doit désormais faire face à un problème de plus en plus présent, et auquel il ne semble pas s’être préparé : les décès de ses membres. Par principe, les différentes pages incitent les utilisateurs à garder le contact entre eux et à continuer à communiquer, mais quelles solutions le site propose-t-il lorsqu’un de ces utilisateurs vient à mourir ?

Facebook garde contact avec les morts

Constamment accusé de s’introduire dans la vie privée de ses utilisateurs, s’il y a bien une information que Facebook ne peut pas détenir, c’est bien de savoir s’ils sont vivants ou non. Les témoignages se multiplient de la part d’internautes, voyant dans leurs suggestions des pages menant vers des profils de personnes décédées, parfois depuis plusieurs mois.

« C’est un sujet très sensible » a déclaré Meredith Chin, porte-parole du réseau social. « Bien sûr, cela peut être très douloureux de voir s’afficher le profil d’un ami décédé », ajoute-t-elle, tout en précisant que « des personnes décèdent tous les jours, et pour nos membres nous ne pourrons jamais le savoir avec précision ». Le site ne parvient en effet pas à trouver de solution viable. Officiellement, il est possible de signaler aux administrateurs du site qu’un de ses contacts fait désormais partie de l’autre monde. En réalité, cela est peu ou pas utilisé, puisqu’aucun formulaire ne le permet concrètement, et Facebook risque de devoir mettre en place un sordide, mais nécessaire épitaphe sur son site.

Peut-être est-ce un des détails qui ont poussé les américains à aimer Facebook de moins en moins. Une étude américaine montre en effet que seulement 64% des internautes se disent satisfaits par le réseau social outre-atlantique. Un résultat qui le place loin derrière Google (80%), Bing (77%) ou Yahoo! (76%).