Accueil » Actualité » Quand un syndicat du jeu vidéo aide à la condamnation d’un accusé

Quand un syndicat du jeu vidéo aide à la condamnation d’un accusé

La législation sur les jeux vidéo n’est pas claire à tous les étages et dans tous les pays. Par exemple, si la loi américaine interdit formellement de démonter et de modifier un système électronique qu’on a acheté, la loi britannique ne semble pas aussi claire sur ce point. Ainsi, nombreux sont les bricoleurs qui modifient leur console de jeu au moyen d’une puce permettant de retirer la barrière du zonage des jeux, mais également dans de nombreux cas de jouer à des copies de jeux. Aujourd’hui, le syndicat britannique des jeux vidéo réaffirme le côté illégal de la chose.

l’ELSPA (Entertainment and Leisure Software Publishers Association) vient d’aider à la condamnation d’un accusé de vol et de piratage en Grande-Bretagne. David Hoang tenait une boutique nommée DH Wings qui fut l’objet d’une descente de police conduisant à son arrestation le 23 janvier 2006. Accusé de vol, l’homme a cependant plaidé non coupable concernant la quantité de consoles “pucées” retrouvées dans son stock. En effet, la législation britannique n’indique pas clairement que la modification d’un matériel électronique constitue un délit. La police se retourne alors vers le syndicat local des jeux vidéo afin que celui ne donne son opinion sur le sujet.

“Nous sommes contents de pouvoir aider dans ce cas”, affirme Michael Rawlinson, directeur général de l’ELSPA. “La modification de consoles de jeux, plus communément appelée le “pucage”, est un acte criminel, autant que la possession d’une console ainsi modifiée”. Bien entendu, le syndicat n’allait pas abonder dans le sens du repris de justice et a donc enfoncé le clou. La peine de prison de l’accusé se verra donc allongée d’un seul petit mois pour ce délit, portant alors le jugement à 18 mois.

Source : Afterdawn