Accueil » Actualité » Que faire avec de la bière périmée ? De l’énergie propre pour 1200 foyers

Que faire avec de la bière périmée ? De l’énergie propre pour 1200 foyers

Une entreprise australienne a eu l’idée d’utiliser des stocks de bière périmée pour générer du biogaz en les mélangeant à des eaux usées dans une usine d’épuration. Le résultat est plus que concluant.

Image 1 : Que faire avec de la bière périmée ? De l’énergie propre pour 1200 foyers
Crédits : PxHere (Domaine public)

Chaque année des millions de litres de bière deviennent impropres à la consommation, d’autant plus cette année avec la fermeture des bars, restaurants et clubs, malgré l’utilisation par certains commerçant de robots. Mais l’entreprise publique SA Water située en Australie-Méridionale, a eu l’idée d’utiliser cette manne de bactéries gratuite et foisonnante pour aider à transformer ses eaux usées en biogaz, utilisé ensuite par les foyers de la région.

150 000 litres de bière périmée par semaine

C’est dans son usine de retraitement de Glenelg près d’Adélaïde que l’entreprise a pris la décision de mélanger 150 000 litres par semaine à ses boues d’épuration. Le résultat a été à la hauteur des espérances puisque ce ne sont pas moins de 355 200 mètres cubes de gaz qui ont été produits en mai et 320 000 en juin.

Cette énergie permet de fournir une énergie équivalente à la consommation de 1200 foyers dans la région. Au total, l’usine produit désormais 654 MW par mois en retraitant les déchets de 1,5 million de résidents. Il s’agit aussi d’une excellente méthode pour écouler les stocks périmés de bière qui n’ont pas pu être vendus à cause des mesures de confinement imposées par le gouvernement australien.

Lisa Hannant, responsable de la production chez SA Water explique : « Le programme de retraitement de Glenelg additionne des déchets organiques puissants issus de l’industrie à son processus de traitement des boues, qui sont chauffées dans un environnement dépourvu d’oxygène dans de géantes cuves de béton. Cela provoque le processus métabolique naturel des bactéries qui rejettent du biogaz ».

Source : Energy Live News