Accueil » Actualité » Quelle protection pour les jeux de la PS3 ?

Quelle protection pour les jeux de la PS3 ?

Il est un marché auquel se heurtent inévitablement les constructeurs et les éditeurs du monde de la console de jeux, il ne s’agit pas simplement du piratage, mais également du jeu d’occasion. Ce véritable marché parallèle permet au joueur de se constituer une petite collection de jeux et de consoles à moindre frais, avec le léger inconvénient de devoir attendre que le jeu soit revendus par leurs premiers possesseurs, et de ne pas toujours obtenir un produit comme neuf. Mais Sony pourrait bien apposer sur sa PlayStation 3 une protection pouvant paralyser ce marché, puisqu’il serait possible qu’un jeu ne soit lisible que dans une, et une seule console, à savoir la première dans laquelle le jeu est inséré.

Il s’agit d’un brevet dont dispose Sony depuis déjà 2000, et qui “vérifie qu’un disque est légitime, enregistre le disque pour cette console de jeux en particulier et supprime alors les données de vérification de façon à ce que le disque soit rendu illisible sur d’autres consoles PlayStation”, ce qui signifie tout simplement qu’il est impossible de lire un jeu sur une autre console que la première dans laquelle il a été inséré. La vente de jeux d’occasion serait un autre point noir pour les éditeurs de jeux, desquels Sony se montre de plus en plus à l’écoute ces derniers temps. Effectivement, en plus de devoir lutter contre le piratage, ils se plaignent régulièrement de voir arriver en rayon des jeux d’occasion venant juste de sortir, ce qui les oblige non seulement à concurrencer les jeux d’autres éditeurs, mais également leurs propres jeux sortant très rapidement en occasion à prix cassés. Seulement, le marché de l’occasion reste malgré tout un marché porteur pour le neuf. Les joueurs achetant une console neuve et s’équipant d’un jeu d’occasion avec leurs derniers sous ne sont pas rares, et les analystes estiment même que la disparition du marché de l’occasion nuirait inévitablement au marché du neuf. Rien n’est cependant joué, puisque ce brevet, détenu depuis plusieurs années, n’a été introduit ni dans la PS2, ni dans la PSP. Il faut encore maintenant regarder du côté des téléchargement de jeux, qui deviennent de plus en plus fréquents, et qui, une fois protégés par DRM, ne peuvent pas non plus être prêtés ou revendus.

Source : Ratiatum