Accueil » Actualité » Rentrée des classes : votre enfant a-t-il besoin d’un smartphone ?

Rentrée des classes : votre enfant a-t-il besoin d’un smartphone ?

Le jour J est arrivé. Et avec lui sa liste de fournitures. Faut-il inclure un téléphone mobile dans celle-ci ?

smartphone enfant rentree scolaire

La relation enfants / écrans est compliquée. S’ils y sont forcément confrontés, ils doivent être impérativement encadrés avec un accès bien régulé selon leur âge. Ainsi l’association 3-6-9-12, composée d’enseignants et de psychologues, préconise un accompagnement en quatre étapes. Premier contact avec un écran après trois ans, premier jeu vidéo après six ans, première consultation accompagnée d’un site internet après neuf ans, idéalement après douze. Le smartphone concentrant l’ensemble de ces usages, les recommandations des spécialistes fixent donc l’âge du premier smartphone dès l’entrée au collège.

Une analyse confortée par le taux d’équipement des Français aujourd’hui. Selon une étude publiée par Bouygues Télécom, le premier smartphone arriverait dans les sacs à dos à l’âge de onze ans et demi. Trois adolescents de plus de douze ans sur quatre posséderaient un smartphone, ils étaient à peine 58% de « propriétaires »au début de la décennie.

Une source de tensions familiales

En dehors de l’école, parents comme enfants (respectivement 60% et 69% des personnes interrogées) s’accordent à admettre que l’arrivée d’un premier téléphone portable génère de nombreux conflits au sein de la famille. Principaux griefs : le temps passé sur son téléphone, l’exposition à des contenus choquants et la crainte liée à l’usage des réseaux sociaux.

L’étude de Bouygues admet toutefois que les rapports parents-enfants évoluent positivement autour de la possession de smartphones chez les plus jeunes. Ce via une pédagogie de plus en plus présente : plus de neuf parents sur dix éduquent eux-mêmes leur progéniture à l’utilisation d’un mobile. Et ils sont 79% à imposer des règles standards pour éviter tout débordement : interdiction du téléphone à table, dans la chambre la nuit,surveillance des publications sociales et des ajouts d’amis. Des limites relativement bien acceptées par leurs jeunes usagers. A noter que deux tiers des 12-14 ans préfèrent à ce jour être privés de sortie que de smartphone !

>> Quels sont les meilleurs smartphones à moins de 200€ ?