Accueil » Actualité » Retourner sur la Lune en 2024 coûtera 32 milliards d’euros à la NASA

Retourner sur la Lune en 2024 coûtera 32 milliards d’euros à la NASA

Le projet de renvoyer des hommes sur la Lune décidé par Donald Trump et annoncé il y a 10 mois devrait coûter à la NASA 32 milliards d’euros répartis sur les 4 années à venir. Une partie de ces fonds pourraient provenir d’investisseurs privés.

Image 1 : Retourner sur la Lune en 2024 coûtera 32 milliards d’euros à la NASA

Le paysage aérospatial a beaucoup changé depuis les années 60 et 70, le gouvernement américain compte bien s’appuyer sur les compagnies privées pour espérer économiser plusieurs milliards dans ses missions à venir.

Budget revu à la hausse pour envoyer des astronautes marcher sur la Lune en 2024

Il y a 10 mois, Donald Trump par la voix de son vice-président Mike Pence, ordonnait à la NASA de relancer un programme vers la Lune dans le but d’y renvoyer des hommes et la première femme, le programme Artemis. Depuis la NASA a fait ses comptes. 32 milliards seront donc nécessaires à l’aboutissement de ce projet que le président souhaite à l’échéance 2024. Cette demande pour 2021 est 12 % supérieure à ce quelle avait demandé pour 2020.

L’augmentation de financement vient principalement de l’alunisseur, 3 milliards à lui seul pour 2021. Il faut toutefois que le Congrès américain valide cette demande. Un autre point de dépense important est la petite station prévue pour être en orbite autour de la lune, la « Lunar Gateway ». Cette estimation va au-delà de ce qu’avait prévu Jim Bridenstine, le directeur de la NASA en juin dernier, prévoyant un maximum de 30 milliards de dollars, certainement moins.

Afin de diminuer la facture, le gouvernement américain souhaite s’orienter vers des partenaires commerciaux privés. Ainsi les alunisseurs ainsi que les fusées pourraient être financés par des accords privé-public, comme dans le cas de la Falcon Heavy de SpaceX qui devrait être utilisé pour la mission Europa Clipper à destination de la lune de Jupiter prévue à l’horizon 2025. Utiliser des Delta IV Heavy de SpaceX à la place de fabriquer ses propres fusées SLS ferait économiser près de 2 milliards de dollars par an à l’agence spatiale américaine.

Source : Arstechnica