Accueil » Actualité » Ce robot peut se déplacer dans vos vaisseaux sanguins

Ce robot peut se déplacer dans vos vaisseaux sanguins

Des chercheurs du MIT ont développé un robot capable de se déplacer dans votre cerveau. Il pourrait être une solution aux AVCs et anévrismes.

Il était une fois la vie

Des microscopiques navettes spatiales parcourant notre corps. C’est ce qu’on pouvait observer dans le dessin animé Il était une fois : la vie. Mais s’il était vraiment possible d’envoyer des robots dans nos vaisseaux sanguins ?

Plus besoin de vous découper le ciboulot

C’est du moins ce sur quoi travaillent des ingénieurs du MIT. Malheureusement, il ne s’agira pas d’un vaisseau dans un vaisseau, mais simplement d’une sorte de fil. En revanche, ce fil n’est pas si anodin que ça, puisqu’il a la capacité d’aller jusque dans votre cerveau.

Les opérations cérébrales actuelles sont des plus dangereuses. Elles nécessitent d’ouvrir le crâne du patient, et d’exposer son cerveau. Celui-ci devient alors extrêmement vulnérable à son environnement extérieur.

Un tel nanorobot pourrait donc éviter ce genre d’opérations. De plus, il permettrait d’atteindre des régions plus internes qui sont donc difficilement opérables autrement.

Un robot à 3 couches

Le robot est constitué d’un alliage de nickel et de titane, un matériau particulièrement flexible. Celui-ci assure une structure solide. Cette tige en fil de fer est ensuite enrobée d’une encre magnétique, ainsi les chirurgiens peuvent manuellement manipuler le robot à l’aide d’un aimant.

Cette encre est par la suite elle-même recouverte d’hydrogel. Ce gel permet d’éviter les frottements et donc de permettre une insertion plus fluide et sans endommager les parois des vaisseaux.

Former des chirurgiens pour soigner un AVC

Bien sûr, n’importe qui ne peut pas manipuler une invention aussi dangereuse. Les chirurgiens auront donc besoin d’une formation particulière très rigoureuse afin de pouvoir la tester.

Il est possible d’ajouter des accessoires au robot afin de résoudre des problèmes. Par exemple en lui faisant délivrer des anticoagulants, ou pour supprimer un caillot avec un petit rayon laser. Cela permettrait de soigner des problèmes cérébraux comme les AVCs ou les anévrismes.

Pour le moment, le fil n’en est qu’à la phase de test. Les chercheurs espèrent pouvoir le rendre suffisamment sécurisé pour pouvoir l’essayer in vivo.