Accueil » Actualité » Rocket Lab lancera sa première mission vers la Lune depuis la Nouvelle-Zélande fin 2021

Rocket Lab lancera sa première mission vers la Lune depuis la Nouvelle-Zélande fin 2021

Rocket Lab, la société aérospatiale d’origine néo-zélandaise, vient d’annoncer sa première mission vers la Lune. Le lancement est prévu pour fin 2021 et la fusée Electron décollera depuis la base de Rocket Lab en Nouvelle-Zélande.

Financée par la NASA, la première mission lunaire de Rocket Lab a pour objectif de tester l’orbite de la Lune. Celle-ci sera utilisée par la station spatiale Lunar Gateway dans le cadre du programme Artemis de l’agence spatiale américaine. La mission sera lancée fin 2021, mais nous n’avons pas encore de date précise.

Le satellite CAPSTONE de Rocket Lab
Le satellite CAPSTONE de Rocket Lab – Crédit : Rocket Lab

Rocket Lab n’est pas aussi connu que les géants comme SpaceX qui assemble la plus grande fusée jamais vue. Il ne faut pas non plus oublier Blue Origin qui a envoyé Jeff Bezos dans l’Espace le mois dernier. Néanmoins, Rocket Lab s’est déjà spécialisé dans la mise en orbite de plusieurs dizaines de satellites.

Le satellite de Rocket Lab préparera le terrain pour le programme Artemis de la NASA

Fin 2021, la fusée Electron qui avait été rattrapée par un hélicoptère pour être réutilisée décollera depuis la Nouvelle-Zélande. Ce vol était initialement prévu pour décoller depuis la base Wallops de la NASA aux États-Unis début 2021. Il a cependant été repoussé.

La fusée Electron propulsera le satellite CAPSTONE (Cislunar Autonomous Positioning System Technology Operations and Navigation Experiment). Il s’agit d’un satellite de type CubeSat. Ce petit satellite de 25 kilos seulement rejoindra l’orbite lunaire après un voyage de 3 ou 4 mois.

Comme Rocket Lab l’a détaillé, la plateforme Photon sera utilisée pour « placer le satellite sur une trajectoire qui le mènera au-delà de l’orbite terrestre jusqu’à la Lune. Après avoir décollé à bord d’Electron vers une orbite terrestre basse, Photon se séparera et utilisera son moteur HyperCurie imprimé en 3D pour fournir une propulsion dans l’Espace afin de permettre à CAPTSONE de se libérer de la gravité terrestre et de se diriger vers la Lune ».

La mission CAPTSONE de Rocket Lab servira à préparer le terrain pour le programme Artemis qui coûtera 32 milliards d’euros à la NASA. Le satellite déterminera la propulsion nécessaire pour se placer en orbite lunaire haute. Il testera aussi les systèmes de navigation entre les engins spatiaux afin que la prochaine station spatiale Lunar Gateway puisse se placer en sécurité en orbite lunaire.

Source : Engadget