Accueil » Dossier » Satellites, ballons, drones : les connexions Internet de demain

Satellites, ballons, drones : les connexions Internet de demain

1 : L'internet pour tous 2 : L'Internet par satellite 4 : Internet par les ballons

Des drones pour une connexion Internet

Image 1 : Satellites, ballons, drones : les connexions Internet de demainEn avril, Google a mis la main sur la société Titan Aerospace, un fabricant américain de drones à énergie solaire. Cet achat s’est fait au nez et à la barbe de Facebook qui était également intéressé. Il s’inscrit toujours dans une logique de long terme sur le réseau internet mondial.

Les drones de Titan sont très particuliers. D’abord, il s’agit d’engins préorbitaux, qui naviguent à 20 000 mètres d’altitude. Ensuite, ils sont capables de transporter de l’équipement, avec une charge allant de 35 à 100 kilogrammes. Ils se dédient alors à de nombreux usages, de la météo au trafic maritime, mais également aux télécommunications.

Des différents modèles conçus par la société, c’est bien sûr celui qui s’adresse à ce secteur qui nous intéresse : le Solara. Il pourrait être utilisé afin de connecter les régions les plus reculées et escarpées. Google explique ainsi que « les satellites atmosphériques peuvent aider à apporter Internet à des millions de gens et aider à résoudre d’autres problèmes, comme l’aide aux victimes de catastrophes naturelles ou participer à la lutte contre la déforestation ».

Une solution plus économique que des satellites

Image 2 : Satellites, ballons, drones : les connexions Internet de demain

Les drones sont d’abord « catapultés » dans le ciel avant d’être manœuvrés. En cas de problème, il est alors tout à fait possible de les ramener à la base. Ensuite, l’autonomie a de quoi impressionner : 5 ans avec pour seule alimentation l’énergie solaire récupérée grâce aux panneaux placés sur les ailes. Une fois configuré pour assurer une connexion internet sur la Terre, le débit s’élèvera à 1 gigabit par seconde, soit mieux que la plupart des accès domestiques.

D’un point de vue économique, la solution du drone solaire est également bien plus abordable que celle du satellite. Le modèle Solara couterait moins de 2 millions de dollars (1,4 million d’euros), contre 100 à 150 millions pour un satellite de communications classique. Une exploitation commerciale est déjà envisagée par Google, qui table pour l’instant sur 2015.

Sommaire :

  1. L'internet pour tous
  2. L'Internet par satellite
  3. Des drones pour une connexion Internet
  4. Internet par les ballons