Accueil » Actualité » Sécurité : les iPhones victimes de logiciels espions pendant des années

Sécurité : les iPhones victimes de logiciels espions pendant des années

Des chercheurs en sécurité employés par Google ont découvert qu’un logiciel malveillant attaquait les utilisateurs d’iPhone depuis des années.

Image 1 : Sécurité : les iPhones victimes de logiciels espions pendant des années

Des milliers d’iPhone ont été pris pour cible par une vaste opération de piratage. Les failles ont été repérées par des experts en sécurité informatique de chez Google. Selon leurs découvertes, les données de plusieurs applications de messagerie ont pu être dérobées à l’insu des utilisateurs.

Une opération de piratage « massive » 

Cette attaque, dont le processus est expliqué dans un billet de blog de l’équipe baptisée Project Zero, « pourrait être l’une des plus grandes attaques jamais perpétrées contre des utilisateurs d’iPhone ». L’opération de piratage décrite comme « massive », a été exécutée au moyen d’une série de sites web vérolés qui ont installé des malwares dans les iPhones des victimes. Ian Beer, un des membres de Project Zero, explique qu’aucun profil d’utilisateur n’était ciblé et « qu’il suffisait de visiter ces sites pour qu’un smartphone soit attaqué ». Selon lui, cette attaque aurait duré au moins deux ans. Les failles et vulnérabilités ont été détectées sur les versions 10 à 12 d’iOS.

D’après les découvertes des chercheurs, les logiciels espions installés sur les appareils auraient récolté des données stockées dans des applications telles que WhatsApp, Skype, Hangouts, iMessages, Viber ou encore Telegram. Ces informations incluent des données de géolocalisation, des hisoriques de discussion et des listes de contacts.

Le rapport de l’équipe Project Zero ne précise pas combien d’utilisateurs ont été touchés. Il indique cependant que ce piratage semble être l’œuvre « d’un groupe se donnant beaucoup de mal pour pirater les utilisateurs d’iPhone dans certaines communautés ». Apple, qui a été rapidement prévenu par les chercheurs, a mis fin à la propagation du virus avec la sortie de la mise à jour 12.1.4 en février dernier.