Accueil » Actualité » Selon cette scientifique, il faut remettre l’humanité au cœur de l’IA

Selon cette scientifique, il faut remettre l’humanité au cœur de l’IA

Image 1 : Selon cette scientifique, il faut remettre l'humanité au cœur de l'IA

Fei Fei Li, directrice scientifique de Google Cloud et chercheuse en Intelligence artificielle, a soulevé dans Wired la question de l’humanité de l’Intelligence artificielle.

>> Google implante son premier centre de recherche en IA à Pékin

Madame Li est reconnue comme l’une des sommités en matière d’IA. On lui doit l’essor de l’apprentissage automatique, que l’on retrouve désormais dans les flottes de voitures autonomes, ou encore dans les technologies de reconnaissance faciale, très utilisées dans les caméras de surveillance maintenant omniprésentes, par exemple.

Si elle compte de nombreuses réussites dans son domaine, elle estime tout de même qu’il est nécessaire d’aligner les logiciels intelligents avec les valeurs humaines. Elle souligne ainsi que, bien que l’IA démontre tous les jours un peu plus son potentiel, il ne s’agit pour l’instant que d’une technologie naissante, ce qui implique que les dérives sont possibles. « Le plus important est de mettre l’humanité au cœur du débat », affirme-t-elle. « Nous devons maintenant penser à la manière dont les logiciels intelligents peuvent travailler en collaboration avec les êtres humains […] Les ordinateurs ne pourront pas comprendre tous les aspects de nos vies sans comprendre la charge émotionnelle que l’on trouve dans les images ou dans le langage corporel, par exemple. Au-delà des enjeux de l’intégration de l’IA dans la société, à savoir, “les robots vont-ils un jour nous remplacer ?”, l’alignement de l’Intelligence artificielle avec les valeurs humaines serait totalement lucratif pour les entreprises, les investisseurs et les ONG, à en croire Kai-Fu Lee, confrère et mentor de Mme Li. Selon lui, le domaine de l’éducation et du savoir est un axe de développement important. En conclusion, les deux scientifiques affirment que ce dont l’IA a besoin à présent, c’est de plus de diversité, que ce soit dans les domaines abordés, comme dans le personnel travaillant dans le secteur.

>> À lire : Contact Center AI de Google : le logiciel qui va remplacer les téléopérateurs ?