Accueil » Actualité » Libra : Facebook sommé par l’UE de s’expliquer au sujet de sa cryptomonnaie

Libra : Facebook sommé par l’UE de s’expliquer au sujet de sa cryptomonnaie

Alors que PayPal vient de quitter le projet, Facebook et les membres de Libra Alliance sont invités à répondre aux questions de la Commission européenne. Elle s’inquiète notamment des risques qu’elle représente pour la stabilité financière, le blanchiment d’argent et la confidentialité.

Libra dont le lancement est prévu pour l’année prochaine doit faire face à un nouveau revers. C’est d’abord le Congrès américain qui a invité Mark Zuckerberg à mettre en pause son projet pour répondre à ses inquiétudes en matière de blanchiment d’argent et de financement d’activités terroristes. Puis semaine dernière, PayPal a annoncé qu’il quittait Libra Alliance, le consortium qui regroupe les membres fondateurs du projet. C’est désormais au tour de la Commission européenne de s’intéresser au projet.

Image 1 : Libra : Facebook sommé par l'UE de s'expliquer au sujet de sa cryptomonnaie

Facebook et Libra Alliance invités à s’expliquer devant la Commission européenne

La Commission européenne souhaite entendre les responsables de Libra. Selon le Financial Times, les questions portent sur la stabilité financière, la non-concurrence, les risques de blanchiment d’argent, et la confidentialité des données. Des questions qui semblent assez légitimes compte tenu de la taille de Facebook et de ses antécédents en matière de confidentialité. Encore récemment l’entreprise se faisait épingler pour collecter les données personnelles des applications liées à la santé.

Valdis Dombrovskis, le commissaire chargé des questions financières souhaite ainsi évaluer si Libra ou les projets similaires nécessitent une nouvelle réglementation. Si la convocation de Facebook tombe au plus mauvais moment, elle pourrait néanmoins pousser les autorités européennes à dissiper le flou juridique qui entoure les cryptomonnaies.

Selon le Financial Times, Visa et MasterCard seraient également susceptibles de renoncer au projet, notamment pour éviter que les autorités de régulations ne s’intéressent trop à leurs activités. De son côté Facebook regrette d’être le seul acteur du projet à s’exposer publiquement, et reproche à ses partenaires leur manque de soutien.

Libra est toujours prévue pour l’année prochaine, une date de lancement qui semble de plus en plus difficile à tenir.

Source : Financial Times