Accueil » Actualité » Shigeru Miyamoto n’est pas un grand fan du free-to-play

Shigeru Miyamoto n’est pas un grand fan du free-to-play

Image 1 : Shigeru Miyamoto n'est pas un grand fan du free-to-play

Le free-to-play est devenu la norme dans le monde des jeux vidéos sur mobiles. De nos jours, les développeurs comptent sur les achats in-app et la publicité pour augmenter leurs revenus. Shigeru Miyamoto, le créateur de Mario Bros, est un fervent détracteur de ce modèle économique.

Le succès d’un jeu tel que Fortnite a démontré qu’il est possible de récolter des millions tout en proposant un jeu gratuit. La stratégie est d’attirer les joueurs, de les rendre accros, puis de les faire payer dans le jeu s’ils veulent obtenir des améliorations de capacité, ou bien de nouvelles tenues. Lors d’une conférence qui se tenait au Japon, Shigeru Miyamoto a appelé les développeurs et éditeurs à adopter une stratégie de tarification à prix fixe, plutôt que de faire payer trop d’argent aux joueurs à travers les IAP. C’est selon lui, le seul moyen de pérenniser l’industrie du jeu vidéo. Il avoue pourtant que la stratégie de prix fixe adoptée par Nintendo n’a pas encore porté ses fruits : « je ne dirais pas que notre modèle a été un succès total. Mais nous allons continuer sur cette voie jusqu’à ce qu’il soit bien implanté. De cette manière, tout le monde pourra continuer de créer des jeux dans un environnement serein. En continuant de proposer des jeux au public le plus varié possible, nous continuerons de développer notre entreprise de création de jeux pour mobiles ».

À l’instar d’Apple et de Microsoft, il estime aussi que le modèle de services par abonnement est un bon moyen d’assurer la pérennité de l’entreprise. Selon lui, les joueurs seront prêts à payer un abonnement qui leur permettra d’accéder à du contenu de qualité. Pas sûr qu’une compagnie comme Epic Games, par exemple, souhaite changer de stratégie pour l’instant. Fortnite leur a rapporté pas moins d’un milliard de dollars de bénéfices depuis son lancement grâce aux IAP.

>> À lire : Top 50 des jeux free-to-play qui ne coûtent rien