Accueil » Actualité » Slack sur l’ancestrale SNES ? C’est bon, il l’a fait

Slack sur l’ancestrale SNES ? C’est bon, il l’a fait

Malgré son grand âge, la Super Nintendo (ou Super Famicom) n’a pas dit son dernier mot. L’un des développeurs de l’outil de messagerie instantanée Slack vient de porter l’application sur la console qui soufflera sa vingt-huitième bougie dans un mois.

Qui aurait parié que, 28 ans après son lancement, la Super Nintendo continuerait à faire autant parler d’elle ? Les collectionneurs s’arrachent toujours  certains titres à prix d’or, surtout s’ils sont encore dans leur blister original, tandis que des développeurs continuent à produire de nouveaux jeux ou à porter certains gros hits de l’époque qui n’avaient pas eu droit aux honneurs d’une adaptation sur la console.
Image 1 : Slack sur l'ancestrale SNES ? C'est bon, il l'a fait
>> Les 20 meilleurs jeux des années 90

Mais adapter un logiciel de messagerie contemporain comme Slack sur la SNES, ça c’est quelque chose que l’on n’avait pas vu venir. Comment est-ce possible ? Au milieu des années 90, Nintendo avait mis au point une extension pour sa console, la Satellaview, qui permettait entre autres de télécharger du contenu via une connexion satellite. Entre 1995 et 2000, Nintendo a donc proposé à ses utilisateurs des jeux à télécharger (près d’une centaine ont été produits). Si le système a définitivement fermé ses portes au début du XXIe siècle, on peut encore se le procurer de temps à autre sur les sites de ventes d’enchère pour 200 ou 300 euros. Ayant récemment découvert cette Satellaview, l’un des développeurs de Slack, a eu l’idée de diffuser des données sur le système de Nintendo dans le jeu BS-X: The Story of The Town Whose Name Was Stolen. Et ça marche ! Il est possible de recevoir des messages Slack au sein du jeu en question. Bertrand Fan, l’auteur de cette bidouille, le démontre en vidéo :

Slack sur SNES ? C’est possible, la preuve en vidéo.

En réalité Bertrand Fan n’a pas fait appel au véritable matériel de Nintendo, mais a utilisé l’émulateur bsnes-plus et une ROM de BS-X. Pour générer un programme compatible avec le système satellitaire de la Satellaview, il a utilisé à l’outil SatellaWave. Toute la procédure est consultable sur son blog. Le système est finalement assez éprouvant : pour consulter chaque nouveau message, il doit sortir d’un bâtiment, y rentrer de nouveau, et faire défiler la liste de tous ses contacts Slack. Mais il a le mérite de fonctionner, et de continuer à faire perdurer cette console de légende qu’est la Super Nintendo.