Accueil » Actualité » Sous la pression chinoise, Apple retire HKMap de l’App Store

Sous la pression chinoise, Apple retire HKMap de l’App Store

Apple se range finalement du côté des autorités chinoises en retirant HKMap de l’App Store. Après avoir mené une enquête avec le concours des autorités chinoises, Apple conclut que l’application est effectivement utilisée pour mener des actions violentes contre les forces de l’ordre chinoises.

Image 1 : Sous la pression chinoise, Apple retire HKMap de l’App Store

Depuis sa rétrocession à la chine, l’ex-colonie britannique doit faire face à un mouvement de protestation sans précédent. Les manifestations ont débuté en réponse à un projet de loi qui permet l’extradition vers la chine continentale, mais les revendications se sont depuis étendues pour dénoncer le recul des libertés.

Mercredi, les autorités chinoises ont reproché à Apple de soutenir les manifestants dans leurs actions violentes contre les forces de l’ordre. En cause HKMap, une application publiée sur l’App Store qui indique en temps réel la position des policiers hongkongais. Selon l’article publié dans People’s Daily, qualifié de journal du Parti, l’application serait activement utilisée pour tendre des embuscades.

Pour être présente sur l’App Store, HKMap a été soumise au processus de validation d’Apple qui garantit qu’elle ne viole aucune règle du magasin d’application. Apple est néanmoins revenu sur sa décision suite aux critiques des autorités chinoises. 

Apple se range du côté des autorités chinoises

Selon un communiqué, la firme indique que l’application « viole les directives de l’App Store et les lois locales », et qu’elle a donc retiré HKMap de son magasin. Pour motiver cette décision, Apple explique également qu’une enquête a été menée en collaboration avec le Bureau de la cybersécurité et de la criminalité technologique de Hong Kong, et qu’elle a prouvé que l’application est effectivement utilisée pour mener des actions violentes contre les forces de l’ordre. 

Des affirmations qui ont été immédiatement démenties par les créateurs de l’application qui affirment qu’aucune preuve n’étaie les conclusions d’Apple.

Le retrait d’application suite aux demandes des autorités chinoises est devenu courant depuis quelques années. Apple a ainsi rendu inaccessible les applications qui proposent un service de VPN, mais aussi Skype et plus récemment Quartz, une application d’actualités qui couvre largement les manifestations. 

Depuis quelques jours, le mouvement de protestation dépasse le cadre politique. Blizzard a banni un joueur d’Hearthstone qui a soutenu le mouvement hongkongais durant une compétition, alors qu’Epic Games s’oppose publiquement à cette décision.

Source : Apple StatementPeople’s Daily