Accueil » Actualité » SpaceX : le prototype de sa fusée Starship explose pour la 3e fois

SpaceX : le prototype de sa fusée Starship explose pour la 3e fois

SpaceX semble avoir de sérieux problèmes pour mettre au point sa fusée Starship. Hier, le 4e prototype a explosé durant la phase de tests de pressurisation. Malgré ce troisième échec, Elon Musk reste optimiste.

Image 1 : SpaceX : le prototype de sa fusée Starship explose pour la 3e fois
Crédits : @BocaChicaGal / NASASpaceFlight

Starship se veut comme le prochain fleuron des véhicules de transport spatial de SpaceX. Cette fusée à 2 étages réutilisables devrait être celle qui permettra les projets de colonisation de la planète Mars qu’envisage Elon Musk.

3e échec consécutif pour la fusée de SpaceX

Pour la 3e fois, un prototype de Starship a explosé pendant un test de pressurisation. Les 2 prototypes précédents, MK1 et SN1, avaient subi le même sort. Plus tôt dans la semaine, le test de pressurisation avec de l’azote à température ambiante s’était déroulé avec succès. Mais le second test avec de l’azote réfrigéré et une pression similaire à celle qui sera endurée durant le vol a malheureusement échoué.

Image 3 : SpaceX : le prototype de sa fusée Starship explose pour la 3e fois

Elon Musk: Tesla, Paypal, SpaceX : l’entrepreneur qui va changer le monde

16,99 € > Fnac

La fusée s’est tout simplement effondrée sur elle-même, tout en libérant de larges quantités de vapeur. Comme il l’avait fait avec la vitre cassée du Cybertruck, Elon Musk a cherché à minimiser l’incident en indiquant sur Twitter qu’il pourrait s’agir d’une erreur du test en lui-même. Que ce soit une faille du test ou du corps de la fusée, cela reste une bien mauvaise nouvelle pour SpaceX qui tente depuis octobre de réaliser ce test, sans succès.

En effet, pour rappel, ce sont 4 prototypes grandeur nature qui ont été fabriqués. Le premier « Mk1 » a vu sa construction débuter en décembre 2018 pour finir détruit durant les tests de pression en novembre dernier. Ensuite est né « SN1 », construit à partir d’octobre 2019 et qui a subi le même sort que son prédécesseur en février dernier. « SN2 » a été assemblé en février et n’a subi que des tests de poussée. Après « SN3 » qui vient d’être détruit, il faudra donc compter sur « SN4 », déjà en cours de fabrication.

Source : Arstechnica